nouvelle poussée du virus de la langue bleue ....

Publié le par Camille

Alors que la fièvre catarrhale ovine est apparue pour la première fois en Europe du Nord, il y a 2 ans, cette année 14381 cas ont d'ores et déjà été recensés en France. Cette nouvelle poussée du virus de la langue bleue intervient alors que, début août, 2,42 millions de doses ont été diffusées dans le cadre d'un plan de prévention visant à vacciner les ovins pour contenir le retour du virus. Néanmoins, pour l'année 2008 il semble que la campagne d'immunisation ait démarré trop tardivement, puisqu'au cours des 6 premiers mois, la France a enregistré 6020 contaminations en liaison avec le virus de 2007 (1). Concernant 'l'édition 2008' du virus, globalement apparue avec le retour des beaux jours, selon la sous-direction de la santé et de la protection animales 8361 cas ont été enregistrés à ce jour.


Points en rouge : foyer de fièvre catarrhale sérotype 8 / points en bleu : sérotype 1 /

A cette vaccination tardive, il convient d'ajouter que le vaccin diffusé n'est efficace que sur le sérotype 8 du virus, alors que 100 cas de sérotype 1 (dont 6 au premier semestre) ont été identifiés dans le quart Sud-Ouest de la France et en Corse. En conséquence, une campagne de vaccination complémentaire a également été lancée contre le sérotype 1 (2) dans les régions concernées.

Si la fièvre catarrhale sévissait de façon classique dans les régions subtropicales ou du Sud méditerranéen du fait de la biologie de son vecteur, elle est apparue en Corse en octobre 2000, probablement à la suite de son arrivée en Sardaigne en août de la même année. Cette remontée du virus et son arrivée dans le Nord de l’Europe, aux Pays-bas en 2006, est mise au compte du réchauffement climatique et de la clémence des hivers passés, ouvrant la porte à l'extension de l’aire de répartition des moustiques vecteurs de la maladie.

Officiellement la maladie de la langue bleue ne touche que les ruminants, et n’est donc pas transmissible à l’homme, que cela soit par une piqûre ou la consommation de lait ou de viande. Due à un virus véhiculé par la piqûre d’un insecte : le culicoïde, sa période d’incubation varie entre 5 et 20 jours. Les différents symptômes : fièvre, boiteries, œdèmes, cyanose des muqueuses, amaigrissement peuvent conduire à la mort des animaux (jusqu’à 40 % dans les cheptels non vaccinés) ou à une guérison lente avec d’importantes pertes économiques. Les deux principales mesures de lutte consistent en un traitement régulier des animaux et des locaux par insecticide et en l’utilisation d’un vaccin efficace sur le sérotype concerné.

 

Publié dans SCANDALES SANITARES

Commenter cet article

mauvaise bouche 15/02/2015 02:03

You are a very bright individual!

eviter les ronflements 15/02/2015 02:03

I was more than happy to search out this web-site.I wanted to thanks in your time for this wonderful read!! I undoubtedly having fun with every little little bit of it and I've you bookmarked to check out new stuff you blog post.