On nous l'avait caché : Sarkozy a cinq ou six cerveaux

Publié le par Camille

On nous l'avait caché : Sarkozy a cinq ou six cerveaux


On nous l'avait caché : Sarkozy a cinq ou six cerveaux
J'ai bien ri, hier, en lisant un extrait du livre de Carla Bruni sur son époux, Nicolas Sarkozy : «La véritable histoire de Carla et Nicolas» (Editions du Moment)

 

 « Il a cinq ou six cerveaux remarquablement irrigués». Voir l'image d'une de ces merveilles, ci-contre...

 Là, je suis estomaqué ! J'avais souvent pensé qu'il avait une tête un peu trop grosse pour son corps. Cinq ou six cerveaux... Rien que ça ! Le plus drôle, c'est le « cinq ou six ».

 Mais non, en fait, elle laisse entendre que le type pense si vite qu'un cerveau n'y suffirait pas.

Alors, on a envie de lui demander : « Est-il aussi bien irrigué sous la ceinture et agit-il de la même façon avec cet organe ? Est-ce si rapidement qu'il faut répéter l'acte immédiatement ! »

 La métaphore médicale n'est pas du plus bel effet. Déjà que Carla Bruni manque de voix, alors si elle perd sa poésie, elle n'a plus qu'à demander à Johnny de chanter ses chansons.

 L'homme aux cinq ou six cerveaux remarquablement irrigués n'en finit plus d'attenter aux libertés. Mais ça, personne n'en parle. C'est tellement plus simple de s'en prendre à un couple de musulmans qui a tenu à annuler son mariage sur des prétextes obsolètes.

 Hier soir, à Montreuil, il envoyait ses CRS charger à coup de matraques et de flash-ball des manifestants devant le commissariat de police où un sans-papier était gardé à vue comme un vulgaire voleur d'auto-radio.

Il faut vraiment un grand cerveau pour arriver à jouer sur les principes d'humanité sans en avoir l'air.

 Il faut aussi au moins cinq ou six cerveaux pour harceler judiciairement le groupe de rap « La Rumeur » pour avoir eu l'outrecuidance de critiquer la police, de rappeler certains de ses comportements passés et présents, de démontrer qu'il y a une constance dans la police française : elle est brutale, dérape souvent et commet régulièrement l'irréparable envers les citoyens "différents" du pays, et ce, quelles que soient les époques.

 Donc Hamé et son groupe on eu à subir un premier procès sur plainte du premier cerveau de Sarkozy, puis un deuxième sur plainte du deuxième cerveau, puis un troisième sur plainte du troisième cerveau et ainsi jusqu'au sixième qui se juge en ce moment. Il faut dire que ces procès sont à chaque fois perdus par le euh.. princident qui, vexé ou pervers,  décide qu'il n'en restera pas là, question de principe. Et tant pis pour la liberté d'expression, et tant pis si, un jour, la violence prend le pas sur la parole et que la police dérape encore une fois. Sarkozy nous a toujours montré que, pour lui, les basanés comptent pour du beur dans sa république sauf s'ils se montrent soumis, dociles, serviles et chantent la grandeur de ce pays merveilleux qui les tolèrent accueillent.

 Sarkolipopette nous dira sûrement, si un journaliste kamikaze lui pose la question de ce harcèlement contre Hamé : « Mais, enfin, c'est extraordinaire, ces voyous injurient la police qui me ...euh nous protège. Ils commencent par des mots et ensuite ils prendront les armes. En plus, ils sont même pas d'ici ! »

 La sarkopolice nous prouve chaque jour qu'elle ne se soucie guère d'humanité et justice. Même en dehors de leur service, ces gens représentent un danger. Et s'ils sont bourrés, planquez-vous.

 Seulement, souvent, ils ne sont même pas bourrés. Et même si trois enfants effrayés se réfugient dans un transformateur électrique pour échapper à des policiers, même si Zied et Bouna y trouvent la mort, non seulement Sarkozy ment mais, convaincu que l'avenir sera électrique, dote sa police de tasers .

 L'électricité est d'une remarquable efficacité ! Il parait que c'est son sixième cerveau qui l'a dit !


Vendredi 06 Juin 2008

Publié dans PRESSE ET MEDIAS 2

Commenter cet article