Les pesticides, un poison pour la santé

Publié le par Camille

Les pesticides, un poison pour la santé

Si la situation semble s’améliorer pour les légumes (34 % d’aliments contaminés en 2004 contre 41 % en 2003), elle s’agrave pour les fruits : 65,7 % contiennent des pesticides en 2004 contre 64,5 % en 2003, et surtout pour les céréales où il n’y avait aucun dépassement de LMR en 2003 alors qu’en 2004 ce sont 2,4 % des céréales analysées qui sont au-dessus des LMR. Pour un total de 50, 4 % d’échantillons sont contaminés, soit plus qu’en 2003 », note le communiqué de presse du Mouvement pour les droits et respect des générations futures (MDRGF).

Des effets nuisibles à la santé

Des chiffres alarmants qui incitent l’Action citoyenne pour les alternatives aux pesticides (ACAP) à réagir en organisant, du 20 au 31 mars, la Semaine sans pesticides. Elle souhaite ainsi « montrer qu’il existe des alternatives viables à l’utilisation des pesticides de synthèse ».

Pendant 10 jours, vous pouvez participer à de nombreuses actions et manifestations dans la région : conférences, visites de fermes, jardins et vergers, expositions, projections de films, débats... seront autant de façons de vous sensibiliser à ce problème de Santé publique. Et il y a urgence.

�� Il est dorénavant démontré que les pesticides ont des effets nuisibles à la santé à cause de leur toxicité », confirme le docteur James Pelloux, médecin acupuncteur et homéopathe qui relate une étude récente selon laquelle des risques de malformation génitale chez les nouveaux-nés issus de parents vivant dans un milieu agricole ou viticole. Les pesticides provoqueraient préférentiellement des pathologies dermatologiques (eczéma et allergies), sanguines (hémopathie ou lymphomes), des lésions pulmonaires malignes et une fréquence plus élevée de tumeurs cérébrales.

Priorité aux produits bio

D’après le MDRGF, « certains aliments sont tellement contaminés par des résidus de pesticides que les plus gros consommateurs de ces aliments peuvent ingérer journellement des quantités supérieures aux doses de référence pour la toxicité aiguë ! »

C’est le cas pour des enfants qui pourraient ainsi ingérer jusqu’à 8 fois la dose de méthamidophos, un insecticide neurotoxique, dans des laitues, ou encore 4 fois la dose de oxydemeton-methyl, toxique pour la reproduction et le système nerveux, dans des pommes ! Sachant que celles-ci subissent jusqu’à 27 traitements pour leur production.

« Dans ces conditions, souligne le docteur Pelloux, laver les fruits et les légumes à l’eau claire ne suffit pas. Il est préférable de se nourrir, dans la mesure du possible, d’aliments issus de l’agriculture biologique ».

Depuis septembre 2006, l’Afssa évalue les risques que les produits phytopharmaceutiques peuvent présenter pour la santé humaine et l’environnement, ainsi que leur efficacité. Elle reconnaît que « le mode de production biologique en proscrivant le recours aux produits phytosanitaires de synthèse, élimine les risques associés à ces produits, pour la santé humaine ».

Anne-Laure Guillot


Publié dans SCANDALES SANITARES

Commenter cet article

mauvaise 16/02/2015 17:16

Hello there! This is kind of off topic but I need some guidance from an established blog. Is it difficult to set up your own blog? I'm not very techincal but I can figure things out pretty quick. I'm thinking about making my own but I'm not sure where to start. Do you have any tips or suggestions? Appreciate it

haleine bouche 16/02/2015 17:15

WONDERFUL Post.thanks for share..extra wait .. …