Rassemblements contre les franchises médicales

Publié le par Camille

Rassemblements contre
les franchises médicales

J.B. (lefigaro.fr) Avec AFP et AP
12/04/2008 | Mise à jour : 19:41 |
Commentaires 118
.
Les manifestants étaient invités à déposer des boîtes de médicaments, comme ici devant le ministère de la Santé.
Les manifestants étaient invités à déposer des boîtes de médicaments, comme ici devant le ministère de la Santé. Crédits photo : AFP

Les associations de patients pourraient prochainement occuper les locaux de plusieurs Caisses primaires d'assurance maladie.


Des rassemblements contre les franchises médicales en vigueur depuis le 1er janvier ont eu lieu samedi à Paris et en province à l'appel de Bruno-Pascal Chevalier. Ce dernier est un malade du sida en «grève des soins» depuis sept mois (
écoutez son interview), soutenu par plusieurs associations de malades, syndicats ou partis de gauche. Les manifestants étaient invités à déposer des boîtes de médicaments devant les préfectures ou le ministère de la Santé. Quelques centaines de personnes se sont ainsi rassemblées devant ce ministère, à Paris, autour d'un tas de boîtes de médicaments, pour dire «oui à la santé, non aux franchises médicales». Des pancartes noires demandaient notamment qu'il n'y ait «pas de taxes sur nos vies».

Des associations comme l'AFD (diabétiques) ou Act Up (VIH) étaient représentées aux rassemblements, de même que le PS, le Mouvement des jeunesses socialistes ou le PCF. A Toulouse, une quarantaine de personnes se sont rassemblées place du Capitole. Des militants du Dal (Droit au logement), du PCF et d'Act Up ont déployé des banderoles «Assurance maladie solidaire = Vie» et «Franchises médicales, coupables d'être malades». Le maire de Toulouse, Pierre Cohen (PS), est venu apporter son soutien aux manifestants. A Strasbourg, entre 60 et 80 personnes ont aussi déposé des boites de médicaments devant la préfecture. Trois cent personnes ont manifesté à Nantes, et entre 150 et 200 personnes à Lorient.

Après les rassemblements, les associations de patients, «extrêmement déçues» par la réponse que leur a réservé le ministère de la Santé, ont fait savoir qu'elles prévoyaient, dans les deux prochaines semaines, d'occuper les locaux de plusieurs Caisses primaires d'assurance maladie (CPAM). Il s'agira «d'occuper des bâtiments» dans les «15 jours» à venir, a déclaré Bruno-Pascal Chevalier, sans donner plus de détails.

Depuis le 1er janvier, les assurés sociaux doivent payer 50 centimes par boîte de médicament et par acte paramédical, et deux euros par transport sanitaire, dans la limite de 50 euros par an, afin de financer, selon le gouvernement, la lutte contre la maladie d'Alzheimer et le cancer. Les franchises s'ajoutent au forfait d'un euro sur chaque consultation ou acte médical, depuis 2004, également plafonné à 50 euros par an et par patient.

Publié dans PRESSE ET MEDIAS 2

Commenter cet article