SIMILITUDES ENTRE SUMER ET LA BIBLE

Publié le par Camille

 
SIMILITUDES ENTRE SUMER ET LA BIBLE
1. La Création du Monde selon les écrits de Sumer
Le dieu AN partagea l'univers entre deux de ses fils : NUDIMMUD le dieu du ciel et ENLIL son fils préféré qui a reçu l'autorité suprême après celle de son Père AN.


AN régnait sur son royaume que les sumériens assimilait à une haute montagne ... Sur la montagne du Ciel et de la Terre (encore unis) AN engendra les ANUNNAKI = l'Assemblée des grands dieux.
Il y avait au commencement " l'Océan primordial infini," c'est de cette Mer Originelle infinie qu'étaient nés le ciel et la Terre. Au commencement la terre était confondue dans l'univers qui se sépara sous l'action conjuguée d'AN et de son fils ENLIL, comme l'a écrit sur une tablette d'époque un poète sumérien inconnu :
ENLIL, le Seigneur qui a décidé de produire ce qui est utile
ENLIL, le Seigneur dont les décisions sont immuables,
imagina de séparer le Ciel de la Terre
Quand le Ciel eut été éloigné de la Terre (Ki)
Quand la Terre eut été séparée du Ciel
Quand le nom de l'Homme eut été fixé,
Quand AN eut emporté le Ciel
Quand ENLIL eut emporté la terre...
ENLIL fit germer de la terre la semence du pays ...
Puis An créa les autres dieux qui au départ, étaient obligés de travailler pour assurer leur nourriture. Un jour AMMOU, la déesse-mère des eaux douces, demanda à son fils ENKI de créer l'humanité pour que par leur travail, ils puissent leur offrir de la nourriture aux dieux sous formes d'offrandes et de sacrifices. Enki, le dieu de l'eau douce, sans qui toute récolte était impossible, façonna les premiers hommes avec " de l'argile." Mais Enki dû faire face à l'orgueil de son épouse " la déesse NINHOURSAG " habituellement connue pour être la bienveillante déesse de la fertilité ! Relevons au passage : la création de la terre issue du Cosmos et la création de l'homme façonné par l'argile et le pouvoir du dieu de... l'eau !
La déesse NINHOURSAG prétendit après la création des humains qu'elle avait le pouvoir de détruire le travail de son époux. ENKI l'en empêcha, mais il ne put lui enlever le pouvoir de créer des monstres, des géants ou des êtres humains difformes et stériles.
Il est étonnant d'ailleurs de constater à quel point cette TRIADE des trois divinités de base " AN + ENLIL et ENKI " semblait soudée comme le symbole d'une Trinité protectrice de la vie humaine. ENLIL et ENKI avaient la même mission sur Terre et auraient épousé la même déesse. Caprice de la nature, ils sont comme deux frères jumeaux issus d'une même cellule et qui se ressemblent à s'y méprendre.
Au fond il s'agissait plutôt d'une seule et même divinité qui toutes deux ont le même préfixe EN = Seigneur, roi et grand prêtre mais à qui l'on attribuait depuis la nuit des temps des légendes et des exploits différents variables selon les villes qui considéraient chacune leur dieu et leur mythologie comme un bien personnel.
D'ailleurs il n'est pas surprenant de constater que chaque ville, (comme la plupart des villes d'Egypte aux temps prédynastiques) s'était choisie son dieu protecteur personnalisé :
Le dieu Lune Nanna à UR / Zabada à KISH / Shara à UMMA / Ningursu à GIRSU / Ensi à UMMA / Enlil à NIPPUR ...
L'homme et la femme avaient été façonnés selon l'image des dieux ... Les dieux étaient immortels et doués d'une force considérable. On affirmait même qu'ils possédaient des pouvoirs surnaturels et qu'il se dégageait de leur entité une sorte de rayonnement lumineux, une splendeur d'une lumière éclatante qui plongeait les mortels dans la crainte et un sentiment de grand respect...
La cité toute entière appartenait à son dieu, y compris le terrain et les parties communes des villes. En contrepartie ses fidèles devaient apporter au temple de la nourriture pour son dieu, que le grand prêtre recevait en son nom.
A signaler un rite (ressemblant à celui de Thèbes) célébré au temple d'Ur, où chaque année la grande prêtresse représentante d'Inanna épousait un roi local pour rappeler l'union du roi-berger Dumuzi et d'Inanna la déesse de l'amour.
2. La Création du Monde version Babylonienne
A la période dite archaïque, les rapports entre les dieux et les hommes étaient amicaux, pacifiques, presque familiaux, mais cet esprit de société basé sur le respect et la justice allait considérablement évoluer et dégénérer sous la pression de différents envahisseurs étrangers qui ravagèrent le pays.


Voici comment on écrivit sur sept tablettes l'histoire de la Création de l'homme sous le règne de Nabuchodonosor 1er qui régna sur Babylone de -1124 à -1103. Curieusement entre son règne et celui de Nabuchonosor II s'intercalent les noms de dix autres rois de Babylone qui incorporeront dans leur nom celui du grand dieu Marduk de la guerre.
Exemples :
·
(Marduk apal-iddina (v. -1173 à -1161) ..
· (Marduk-kabit-ahhêshu ( v. -1156 à -1139) ou
· (Itti Marduk-balatu (règna v. 1139 à -1130) etc ...

Désormais le dieu bienfaisant Enlil était devenu une divinité de second plan et le vindicatif dieu guerrier MARDUK représenté par son divin roi de Babylone devint le dieu suprême du panthéon mésopotamien et le géniteur d'une humanité violente, prête à se battre et à soumettre (au besoin par l'esclavage) tous les peuples qui refuseront de payer le tribut de domination.
Ainsi commençait le poème de la Création :
Au commencement existaient un couple Lahmou et Lahamou qui émergèrent de la vase originelle !
Ils créèrent une assemblée de dieux très bruyants et si turbulents qu'Abzou et TIAMAT le dragon femelle ne purent plus supporter leurs bruits. La guerre des cieux était inévitable! Ea le dieu des eaux douces arriva à endormir Abzou avant de l'exécuter.
Puis EA se retira avec son épouse Daminka pour créer un fils doué d'une nature ahurissante et de forces remarquables : Mardouk
quatre étaient ses yeux, quatre ses oreilles,
sa stature était si grande qu'on ne pouvait l'imaginer,
ses membres étaient gigantesques, et de sa bouche sortait
un feu flamboyant quand il remuait les lèvres !
Alors pour vaincre Tiamat, le conseil de la haute assemblée divine rassembla ses forces pour les transmettre à Mardouk. Alors le fils d'Ea monta sur son char pour aller à la rencontre du terrible dragon femelle TIAMAT pour l'anéantir avec toute son armée de serpents et de monstres engendrés par elle et son époux KINGOU !
Le dragon ayant avalé Mardourk, celui-ci provoqua une tempête si terrible que le monstre ne put refermer sa gueule. Mardouk en profita pour la tuer d'une flèche mortelle au ventre et il se débarrassa des autres monstres qu'il pétrifia en statues de pierre et les donna à son père EA pour orner les jardins de son temple !
Mardouk dépouilla Kingou des tablettes de la destinée (reçues en cadeau de mariage de sa défunte épouse) et se mit à construire le monde à partir de la dépouille de Tiamat ! Il lui fracassa le crâne et en séparant son corps fit naître le ciel et la terre. Il creva les yeux du dragon d'où sortirent deux fleuves : l'Euphrate et le Tigre. On nage déjà en plein Thriller !
Le dieu Kingou fut condamné à mort par ses pairs et on façonna de son cadavre : les premiers hommes qui seraient désormais les esclaves des dieux ! Un tel raisonnement caractérise très bien l'état d'esprit d'agressivité, de destruction et d'asservissement qui devait conduire à des guerres atroces où il fallait vaincre ou se soumettre pour avoir le droit de survivre...
En somme ces conceptions barbares s'intègrent parfaitement avec la mentalité cruelle qu'ont imposé les envahisseurs Hittites de Moursil 1er qui ont pris Babylone en - 1595. Ce pays ne retrouvera son esprit pacifique qu'en -539 date de la prise de Babylone par le perse Cyrus II. Entre ces deux dates l'Assyrie et la Babylonie vont donc vivre un millénaire de temps cruels.
3. ADAPA : le premier HOMME de la Terre
(Selon un ancien mythe Babylonien )


Curieuse coïncidence entre les lettres des deux noms ADAM et PAPA qui donnent le nom d'ADAPA, qui est cité comme étant le prêtre d'Ea, le dieu de la sagesse et de la magie. Homologue babylonien du dieu sumérien ENKI, ADAPA est identifié à l'un des sept premiers hommes de la Création, il aurait inventé la parole et la civilisation.
Un jour qu'il pêchait, le vent se leva si impétueusement que son embarcation fut renversée. Tombé à l'eau, il faillit se noyer et dans sa fureur il prononça une malédiction qui coupa les ailes du dieu SHUTU qui en perdit la puissance de son souffle!
Convoqué auprès du dieu ANOU ( AN ) au ciel il refusa le breuvage qui donne l'immortalité. ANOU le condamna à retourner sur Terre et à partager la vie des autres mortels. Il devint le roi d'Eridou et mourut comme l'ensemble des mortels de notre humanité. Ce retour sur terre fait un peu penser à Adam qui est puni à cause d'une faute, alors qu'il aurait pu être immortel et vivre dans le bonheur.
4. Histoire du déluge mésopotamien
Si l'Histoire du déluge universel s'est déroulée vers -8 975 avant J.C. il n'en va pas de même de l'histoire de Babel dont la tour n'a été construite que durant le règne d'Hammurabi vers -1780 de notre ère, donc bien après la période des Patriarches.


Toutefois lorsqu'on regarde la géographie il est plus que probable qu'il n'y ait pas eut un seul déluge dans l'Histoire mésopotamienne mais plusieurs déluges ou grandes inondations qui au cours des millénaires ont détruit et bouleversé plusieurs villes surtout dans la plaine d'Ur où le Tigre et l'Euphrate sont souvent sortis de leur lit emportant tout ce qui se trouvait sur leur passage.
Des fouilles archéologiques ont même révélé que la dernière inondation importante est confirmée par l'examen des sédiments de Kisch, d'Ur et de la cité de Shuruppak qui a littéralement été rayée de la carte en -2900 de notre ère, à moins qu'elle n'ait été achevée par des hordes d'envahisseurs attirés ou chassés par ce cataclysme ?
Comme la plupart des grands fleuves l'Euphrate et le Tigre ont changé leur lit sur une distance allant parfois de 30 km vers l'ouest. En ce qui concerne ce déluge, nous sommes en présence de trois témoignages identiques sur le fond mais différents dans les noms et sur les formes selon les provenances des tablettes :
 
1. ZIUSUDRA
En ce temps-là cinq cités existaient avant le déluge (des tablettes) :
. Eridu dont le dieu Nudimmud était le chef
· Bad-tibira (le nom est sur un morceau perdu de la tablette )
· Larak confiée par An au dieu Endurbilhrsag
· Sippar confiée au dieu et héros Utu
· et " Shurupak " dont le dieu protecteur était le dieu du Sud

L'assemblée des dieux ayant décidé de détruire la semence du genre humain, le dieu Utu vint avertir ZIUSUDRA, un roi et prêtre, qu'une terrible inondation allait envahir tout le pays et qu'il devait construire un gigantesque bateau.
Le déluge dura sept jours et sept nuits,
Quand il eut tout balayé sur la terre
Utu sortit, lui qui dispense la lumière au ciel et sur la terre.
Utu le héros immortel fit pénétrer ses rayons dans le gigantesque bateau.
Ziusudra se prosterna devant Utu et lui immola un boeuf et un mouton...
Plus tard An et Enlil recevront l'hommage de Ziusudra qui recevra le souffle éternel (l'immortalité) et habitera au Paradis de Dilmun, où le soleil se lève.
2. ATRAHASIS
La légende d'Atrahasis est très proche de la précédente excepté que le dieu EA préconise à notre Noé babylonien un contrôle des naissances, la stérilité, le célibat pour lutter contre la mortalité infantile et la "surpopulation" !
Puis il ajouta :
"Etablis des prêtresses ugbatu, des prêtresses entu

Etonnant de trouver ces phrases attribuées aux premiers dieux sumériens qui incitent les femmes au célibat, à la prêtrise et à la vie monacale tout en réduisant le nombre des naissances à venir ...
3. UTANAPISHTIM
Selon les tablettes niniviennes de l'assyriologue George Smith qui travaillait au British Museum, UTANAPISHTIM, le fils d'Ubar Tutu a été averti par le dieu des roseaux EA de la décision des dieux de purger la terre par la noyade. Notre Noé de Ninive construisit alors un énorme vaisseau à sept ponts pour y mettre à l'abri sa famille, des ouvriers et des animaux domestiques ou sauvages.
Au bout de six jours et six nuits de trombes d'eau la tempête s'arrêta. Une semaine après notre Patriarche laissa partir une colombe et une hirondelle qui revinrent toutes deux. Quelque temps après, il lâcha un corbeau qui ne revint pas. Utanapishtim sortit et offrit des sacrifices de céréales aux dieux qui se réconcilièrent avec lui et lui offrir l'immortalité, (le corbeau et la colombe sont également deux animaux cités par la Genèse.)
Telles sont les trois versions connues de l'histoire du déluge mésopotamien.
5. L'HISTOIRE D'ABRAHAM SELON LA BIBLE
La famille d'Abram (le futur Abraham)
La Bible nous dit qu'Abram a vécu son enfance à UR en Chaldée, il est donc fort probable que la famille Térach qui s'occupait d'élevages de troupeaux ait connu UR au temps de sa splendeur vers l'an -2030 de notre ère, dans le cadre du contexte analysé précédemment.


Son père s'appelait TERACH et il a engendré trois fils : HARAN, (mort à Ur et qui fut père de trois enfants) - NACHOR et ABRAM.
Nous savons que la ville d'UR a été détruite en -2004 et qu'une grande famine a précédé sa destruction par les élamites, il est donc fort probable que toute la famille d'Abram a émigré vers le nord de la Syrie avant la destruction de la cité royale d'Ur.
Est-ce à cause de la famine ou d'un avertissement divin ? Toujours est-il que le patriarche familial TERACH est parti en Syrie avec toute sa famille comprenant : Abram et son épouse Sarah, Nachor et son épouse Milca (la fille du défunt Haran et donc aussi la nièce de Nachor) ainsi que LOTH et Jisca le frère et la soeur de Milca.
Toute cette petite tribu est donc montée s'installer à " HARRANU " - une petite ville de Syrie située sur le Balik (un affluent du nord de l'Euphrate), ville que la Bible nommera Charan, c'est là aussi que Térach s'éteindra. Habituellement il y a donc partage de l'héritage du défunt et du troupeau familial :
Nachor reçut la première part et Abram et son filleul Loth reçurent la part restante qu'ils se partagèrent par la suite équitablement.
Il faut ajouter à ces deux familles une troisième mentionnée par la Bible, celle d'Eliézer (Genèse 15-3) probablement un cousin demeurant à Damas, que Abram mentionne à l'Eternel comme étant son héritier désigné en l'absence d'une postérité personnelle.
Abram était un homme au coeur droit et sensible, rempli d'idéal, épris de justice et de paix. Il rêvait de grands espaces, d'une famille bénie par Dieu et d'un grand troupeau qu'il léguera à sa postérité.
C'est à ce moment que selon la Bible Dieu lui reparle, le nomme Abraham et lui demande d'aller avec son cousin LOTH, en Canaan où les pâturages sont abondants. C'est un pays voisin peuplé par les cananéens et pour l'heure Abraham fait confiance à son Dieu qui lui a également promis protection, prospérité matérielle et confié une prédiction qui le surprend : il aura une postérité aussi nombreuse que les étoiles du ciel...
Et la Bible inclut deux épisodes identiques concernant Sarah la demi-soeur et épouse d'Abraham qui se fit enlever d'abord par Pharaon (12-10) qui voulu l'intégrer dans son harem, puis par Abimélec, roi de la cité de Guérar (20-01). Deux fois l'Eternel interviendra en songe en menaçant les ravisseurs pour leur enlèvement au cas où ils ne libéraient pas Sarah !
Suit la visite de l'Eternel qui prend une "apparence humaine" pour visiter Abraham en compagnie de deux anges à formes humaines.
Rien n'est impossible à Dieu et même si cela dépasse notre degré de compréhension trop matérialiste, Dieu peut prendre une apparence humaine pour prouver à son auditeur qu'il n'a pas rêvé et que Dieu Maître de la Création existe sous toutes les formes qu'il veut et comme Vishnu peut se cacher même sous un aspect humain anonyme !
ISAAC et ISMAËL : frères ou antagonistes ?
L'histoire d'Ismaël et d'Isaac serait restée une banale histoire d'héritage comme il y en a eu des milliards sur cette terre.


Tout commence par une jalousie entre une femme stérile plus âgée et une très jeune et trop jolie servante... A partir de là toutes les prétextes sont bons car le coeur de Sarah connaît la jalousie ! Il ne faut pas oublier qu'en ce temps-là toute femme ou fille de chef de tribu avait une ou plusieurs servantes dont le Maître pouvait également disposer à titre de concubine. Ainsi lorsque Jacob a marié les deux filles de Laban : Léa et Rachel, elles ont emmenées avec elles leurs deux servantes Bilha et Zilpa qui donneront chacune deux enfants à Jacob. Or Jacob a aimé tous ses enfants qu'ils soient nés des deux épouses officielles ou ceux nés des deux servantes...
Sarah venait de mettre au monde son enfant Isaac, mais Sarah n'avait pas les qualités de coeur de son époux, elle exigea le renvoi de la servante et du premier né d'Abraham de peur que celui-ci ne revendique son droit d'aînesse sur l'héritage. Même si Dieu n'a pas voulu vexer Sarah, il proclame qu'une postérité naîtra des deux enfants.
Et la Bible dit que Dieu a voulu mettre à l'épreuve la fidélité d'Abraham envers lui. Après avoir chassé Ismaël et sa mère, Abraham est persuadé que son Dieu lui demande maintenant de sacrifier son dernier enfant, tout ce qui lui reste après le départ de son fils aîné Ismaël !
Il ne faut pas oublier que les sacrifices d'enfants étaient une chose courante, particulièrement en Phénicie et en Canaan où il était d'usage d'offrir son premier né au dieu Moloch, d'ailleurs la Bible mentionnera des sacrifices d'enfants encore mille ans plus tard en Israël. Jésus en tant que premier-né a également été racheté pour satisfaire à cette tradition (transformée en sacrifice d'animal) au temple de Jérusalem contre deux colombes ! (l'offrande symbolique des gens pauvres )
Mais l'Eternel n'aime pas les sacrifices sanglants et encore moins ceux des enfants. Abraham sera soulagé de voir que son Dieu n'a pas permis ce cruel sacrifice.
Au jour que Dieu l'a voulu, Sarah s'est endormie dans les bras d'Abraham qui l'enterra à Hébron, le lieu qui deviendra pour la postérité : le tombeau des Patriarches, l'endroit où toutes les religions devraient se rassembler pour prier ensemble.
C'est alors qu'Abraham a envoyé son serviteur chez Laban le petit-fils de Nachor établit au nord de l'Euphrate. Ce serviteur partit avec une caravane de dix chameaux pour obtenir de Laban la main de Rebecca destinée au jeune Isaac. Rebecca reçut la tente de Sarah et elle consola Isaac de la perte de sa mère.
Le Koran nous dit qu'Abraham rendit souvent visite à son fils Ismaël surtout après la mort de Sarah. Ensemble ils auraient trouvé la grande pierre noire de La Mecque qui deviendra le grand centre de pèlerinage où tous les musulmans doivent se rendre au moins une fois dans leur vie.
La Bible nous dit qu'Ismaël et tous les mâles de la Maison d'Abraham ont été circoncis comme signe de l'Alliance que Dieu a faite avec Abraham et sa descendance. Ismaël avait treize ans et Abraham avait alors 99 ans (!) lors de sa circoncision. Cette tradition se pratiquait déjà en Egypte vers - 2400 puisque des textes représentant ce geste symbolique ont été retrouvés parmi les Textes des Pyramides.
N'oublions pas qu'Abraham a vécu en Egypte à un temps non déterminé par la Bible et qu'il y a certainement appris beaucoup de choses concernant la résurrection de l'âme et le culte du dieu Unique et invisible comme les égyptiens l'honoraient depuis 800 ans déjà. Or la venue d'Abraham en Egypte coïncide avec la première période intermédiaire donc la fin de la période des pyramides . Il est remarquable de constater à quel point les idées de conscience individuelle et les principes humanitaires existaient dans ces deux pays : la Mésopotamie et l'Ancienne Egypte ainsi que la notion de renaissance spirituelle donc une vie après la mort.
Etrange également que le fondateur du peuple hébreu ait reçu ce message qui parle d'une postérité universelle aussi nombreuse que les étoiles du ciel et qui concerne " toutes les nations de la Terre " Au fond Abraham continue et prolonge la doctrine d'IMHOTEP. Décidément les voies de la divine Providence sont multiples et impénétrables !
Mais en regardant le fantastique ballet des étoiles qui tournent inlassablement autour de leur noyau dans le très grand univers des galaxies, on s'aperçoit que malgré notre infime petitesse Dieu ne laisse rien au hasard jusque dans les moindres détails...
Enfin au chapitre 25 de la Genèse, Abraham s'endormira dans les bras d'Isaac et d'Ismaël réunis à son chevet. Ses deux fils unis enterrèrent leur père dans le tombeau d'Hébron où reposait déjà Sarah.
Retour

et des prêtresses igisitu (nonnes vouées au célibat).
Elles seront tabou et ainsi seront réduites les naissances".

Publié dans L'HISTOIRE REVELEE

Commenter cet article