LE MYSTERE DE L'AGARTHA

Publié le par Camille

Le mystère de l'Agartha

I Avant propos.

    En juillet 2003, nous avons reçu d'un internaute pointilleux la missive suivante:

From: Jérôme
To: fred.idylle@wanadoo.fr
Sent: Monday, July 21, 2003 4:01 AM
Subject: Pourquoi que du S&V comme source d'info ?

    Bonjour.

    Je suis tombé sur ton site en cherchant des informations fiables sur la perception de l'environnement par les plantes. Je trouve le contenu du site tres interressant, mais il y a un probleme quand meme, jamais des sources sérieuses sont mentionnées (en tout pour ce que j'ai vu), on ne vois que Paris-Match, Science & Vie, Science et Avenir... Que des journaux à sensations, qui désirent bouleverser le monde par leur articles, alors pas étonnant qu'on trouve ce genre d'articles ici. Mais moi ce que je cherche c'est du sérieux, j'ai envie de convaincre du monde et pas forcément des gens qui y croient déjà un peu, il faut donc des sources que l'on peut prendre au sérieux. Et je suis désolé mais Science&Vie n'a aucune valeur dans le monde scientifique, et encore moins Paris-Match.

    Cela me rappelle les gens qui ont voulu ou veulent toujours démontrer que le pentagone ou les deux tours n'ont jamais été attaqués par Ben Laden. Tout cela a servi de prétexte de la politique Bush et que c'est pour ça que n'a pas été évité. Les gens qui le démontre le font très bien en sélectionnant les informations et du coup on arrive à une fausse vérité.

    Finalement donne moi quelque chose, un argument qui puisse montrer que ceci est du sérieux. Parce que vraiment tous tes themes sont tous des plus extravagants, alors où est le sérieux dans tout ca ???

        Jérôme C.....


    Et voici une partie de notre réponse à cet internaute :

----- Original Message -----
From: FredIdylle
To: Jérôme...
Sent: Tuesday, July 22, 2003 8:10 AM
Subject: Retour des tropiques: Pourquoi que du S&V comme source d'info ?

Cher internaute
 
 Cette missive ne manquera pas de vous surprendre, d'abord d'une part parce que je viens d'avoir 64 ans  et comme je ne connais pas votre âge, je crois qu'il est plus convenable de garder le "vous" pour l'instant. 
 
 Et surtout d'autre part  je vous dirai d'emblée qu'en rentrant dans le site ARTivision, vous venez de faire inconscienment sans doute une démarche tout à fait ésotérique qui vous conduira sur des chemins hors normes qui ne font pas souvent l'objet de l'attention des médias qui ont pignon sur rue (Télévision, radios, revues à grand tirage etc..).
 
 Si vous êtes un scientifique de haut niveau et si vous recherchez des informations pointues au top et high tech avec formules et graphiques mathématiques vous perdrez votre temps sur  ARTivision assurément.
 
   Cependant le fait que vous vous intéressiez au dévélopement de la vie sur cette planète est un bon tremplin pour accéder à un niveau de conscience supranormal qui vous raménera un jour sur les sentiers du mysticisme pragmatique ,  sentiers initiés et  désormais explorés par le site ARTivision
 
     Ce site n'étant pas un site scientifique, je ne me préoccupe pas du tout du sérieux (somme toute très relatif dans le temps car ce qui est sérieux aujourd'hui peut paraître totalement insignifiant plus tard, voir par exemple les démontrations mathématiques de ceux qui ont voulu prouver  que le plus lourd que l'air ne volerait jamais comme un certain Simon Newcom) d'une revue quelconque mais uniquement du fait évoqué et analysé par cette revue, que je compare avec ce qu'en dit d'autres revues et cela toujours d'une manière ironique et détachée. Nul n'a en effet le droit de prétendre que sa vérité est la seule acceptable et un peu de modestie de ceux qui nous dirigent dans ce monde au bord de l'asphyxie,  aurait sans doute éviter bien des drames.
 
  D'ailleurs je fais appel par exemple dans mes articles autant à la revue Nostra disparue et qui était considérée comme une vraie feuille de chou par les prétendus cultivés de cette société qu'à la revue la Recherche plutôt bien vue en moment par la communauté scientifique. Alors ce n'est plus la peine de me parler du sérieux d'une revue quelconque.
 
   En ce qui concerne les recherches sur les derniers développements concernant la Vie sur Terre, qui semblent vous passionner,  mon ami Jean Sider a publié un ouvrage très corsé qui devrait vous satisfaire vu les références scientifiques qui s'y trouvent. Ce sont les pages allant de 9 à 91 (vous pouvez parfaitement ignorer les autres) du livre intitulé "La vie vient d'une intelligence supérieure" collection science conscience publié par JMG Editions...
Fin du début de notre réponse ..

    Nous espérons donc que cet internaute puisse avoir changé d'avis entre temps, car le site ARTivision, s'est encore plus impliqué dans une recherche ésotérique hors norme, dont les sujets sont rarement évoquée dans les médias actuels. Un clin d'oeil est cependant à faire en direction de la "Chaîne Planète" qui vient de sortir coup sur coup deux reportages qui confirment nettement les révélations faites, il y a des années par ARTivision : "Le mythe du déluge" et "Loose change 2" .

II La genèse de l' affaire.

     En cherchant une information dans nos archives, nous sommes tombés sur deux textes parlant de L'Agartha et textes qui remontent à plus de 27 ans et qui n'ont pas pris une ride depuis. Ces textes sont placés dans deux revues disparues (qui n'auraient pas, c'est certain, reçu l'assentiment de l'internaute pointilleux ci-dessus), et les informations que contiennent ces textes demeurent néanmoins des clefs tangibles dans les révélations venues après, d'ARTivision.

    Voici donc le premier texte :

Extrait de la revue NOSTRA n° 363 du 21 au 27 Mars 1979.

La Cité souterraine de L'AGARTHA et les Maîtres du Monde.



    AGARTHA ! C'est un nom qui a fait rêver bien des occultistes, même s'il recouvre des notions mal définies et parfois contradictoires. De quoi s'agit-il en fait, d'un mystérieux royaume souterrain situé aux confins du Tibet et de la Mongolie ou d'une énigmatique société secrète ? L'une et l'autre version ont leurs partisans, mais tout porte à croire qu'elles comptent chacune une part de vérité.

    Si l'on fait la synthèse des rares infirmations qui ont filtré sur le sujet, l`Agartha (ou Agharta Agarthi, Agarrtha d'après certains) serait une assemblée mondiale de sages, de philosophes qui auraient pour but de parvenir à une plus grande illumination spirituelle du monde grâce à l'application de secrets millénaires dont elle seule dispose.. Son siège serait Ch'an-Cheng Lob, un sanctuaire des monts Tien-Shan ou "montagnes célestes".

    C'est au siècle dernier que Saint-Yves d'Alveydre fit état pour la première fois en Occident de ce nom d'Agartha. Personnage curieux que cet occultiste, grand maître de l'ordre martiniste, précurseur de la synarchie (voir l'encadré ci dessous) , alchimiste qui composa des formules pour la production de l'or et de l'argent par sulfuration des métaux inférieurs, connaissant à la perfection l'hébreu et le sanskrit, ce qui lui permit de remonter aux sources de la kabbale et du brahmanisme.

    Né en 1842, d'origine bretonne, le marquis d'Alveydre épousa la comtesse Weller, apparentée à la haute aristocratie européenne, qui lui facilita des contacts avec la cour impériale de Saint-Pétersbourg et lui donna l'occasion de rencontrer des initiés des monastères de l'Asie centrale, colonie tsariste. II consigna ce qu'il avait appris dans un ouvrage, Mission de l'Inde, qu'il fit imprimer, mais dont il détruisit toute l'édition, pris de remords d'avoir révélé des secrets ne lui appartenant pas, à l'exception d'un seul exemplaire qui parvint entre les mains de Papus et permit de faire, en 1910, une seconde édition.

    Après Saint-Yves d'Alveydre, Jacoliot, ancien consul de France, fit allusion à l'Agartha dans la Bible dans l'Inde, puis ce fut le tour de H.-P. Blavatsky, la fondatrice de la théosophie, dans la Doctrine secrète et lsis dévoilée. Un peu plus tard, dans le Roi du monde, René Guénon donne d'amples renseignements sur l'Agartha.

    D'après lui, un cataclysme, naturel ou provoqué, aurait mis fin il y a des millénaires à la civilisation avancée du Gobi. Les maîtres spirituels de cette partie du monde, surnommés cc les fils des Intelligences du Dehors » (faut-il y voir une origine extra-terrestre.?), trouvèrent refuge dans un immense réseau de cavernes sous l'Himalaya. Ils se scindèrent bientôt en deux groupes, « la voie de la main droite », installée à Agartha, cité de la contemplation, de la non-participa­tion au monde, et « la voie de la main gauche », basée à Shamballah, cité de la violence (Mais certains disent que Shamballah est une oasis de lumière ) .

    Cependant, les informations les plus complètes et les plus étonnantes sur l'Agartha émanent de Ferdinand Ossendowski. Ce Polonais, ancien ministre du gouvernement de l'amiral Xoltchak qui tenta de s'opposer à la révolution bolchevique, dut fuir devant l'Armée rouge en traversant la Mongolie et une partie de la Chine. Durant son odyssée, il vécut quelque temps dans des lamaseries où il collecta des informations de première main qu'il exposa dans son récit "Bêtes, hommes et dieux" publié en 1924 chez Plon (réédité par "J'ai lu" en 1970 as la collection "L'Aventure mystérieuse" n° A 202).


    Il y a plus de six mille ans, fut-il raconté à Ferdinand Ossendowski, un saint homme disparut avec toute tribu dans une immense caverne et y fonda un royaume souterrain, Agartha, bénéficiant de ancienne science perdue. A sa tête est le Roi du Monde qui connaît toutes les forces de la nature, lit dans toutes les âmes humaines et dans le grand livre de la destinée. Invisible, il règne sur huit-cents millions d'hommes qui sont prêts à exécuter ses ordres.

     "La capitale d'Agartha est entourée de villes où habitent des grands prêtres et des savants, dit un jour le lama Turgut à Ferdinand Ossendowski. Elle rappelle Lhassa où le palais du Dalaï lama, le Potala, se trouve au sommet d'une montagne recouverte de temples et de monastères. Le trône du Roi du Monde est entouré de deux millions de dieux incarnés. Ce sont ies saints pandits. Le palais lui-même est entouré des palais des Goros, qui possèdent toutes les forces visibles et invisibles de la Terre, de l'Enfer et du Ciel et qui peuvent tout faire pour la vie et la mort des hommes. Si notre folle humanité commençait la guerre contre eux, ils seraient capables de faire sauter la surface de notre planète et de la transforrmer en désert."

     Sous cette forme, la légende de l'Agartha se rattache à la tradition des Neuf Inconnus dont Louis Pauwels et Jacques Bergier ont révélé l'existence aux lecteurs français dans leur "Matin des magiciens". Cette tradition remonte à l'empereur Asoka qui régna en 273 avant J.-C. et convertit l'Inde au bouddhisme. Après une série de guerres qui dévastèrent le continent, Asoka décida d'interdire aux hommes le mauvais usage de la science. II recruta neuf sages auxquels il confia tous les traités scientifiques existants.

"L'imagination, écrivent Pauwels et Bergier, entrevoit la puissance des secrets que peuvent détenir les hommes bénéficiant directement des expériences; des travaux, des documents accumulés pendant plus, deux dizaines de siècles. Quels sont les buts de hommes ? Ne pas laisser tomber entre des mains profanes les moyens de destruction. Poursuivre des recherches bénéfiques pour l'humanité. Ces hommes se renouvelleraient par cooptation afin de garder les secrets techniques venus du lointain passé. "

     On peut également voir certains rapprochements entre le mystère de la cité souterraine de l'Agartha et les révélations de Lobsang Rampa. Dans "le Troisième Oeil"(Voir la couverture dans l'édition Albin Michel d'Avril 1970) , ce lama raconte qu'après avoir atteint le dernier degré d'initiation il fut conduit par trois grands métaphysiciens lamaïstes dans une profonde crypte de Lhassa où résiderait le véritable secret du Tibet.

 


     Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, on ne parlait plus guère de l'Agharta, quand un initié de haut grade, du nom de Kut Humi Lal Singh-Kwang Hsih, fit des révélations à ce sujet dans la publication occultiste "Initiation et Science". S'il n'apportait pas d'éléments inédits sur la cité souterraine, se contentant de rappeler tout ce qu'on en avait dit auparavant, il mettait l'accent sur l'aspect société secrète. Cependant, il s'agissait, si on le croit, d'une initiation individuelle, rejoignant ainsi l'opinion de René Guénon selon qui on devient initié au terme d'une longue ascèse, d'une initiation individuelle.

"On ne s'incorpore pas à l'Agharta, on n'y adhère pas, et surtout on n'y est pas nommé ou élu, précisait Kut Humi. Agarthien est seul celui qui conquiert son titre de plein droit spirituel ; on le devient par la voie de la réintégration divine, dont l'initiation ésotérique est le processus d'effectuation et d'application, car seule la science spirituelle est capable de transformer et réhabiliter l'être humain au sens le plus intégral et transcendantal. La condition d'Agarthien est bien la caractéristique la plus profonde du Yoguin des Himalayas, du Tien Ti Huan ou de "l'homme céleste" des Hébreux primitifs. Les véritables Agarthiens se reconnaissent entre eux et sont toujours dispos��s à collaborer à l'œuvre de réhabilitation de l'humanité, afin de faciliter dans le monde entier le même épanouissement de conscience et réaliser la communion spirituelle qu'ils ont atteinte eux-mêmes.

     L'Agartha se réunit de temps en temps en conseil ou Durultai, toujours dans les régions éloignées des centres peuplés ou civilisés, des impertinences importunes, des fluides grossiers et des agglomérations communes. Ses décisions sont toujours prises à l'unanimité et sont d'application immédiate par la puissance magique et la haute sagesse de cet eggrégore cosmique, dont les forces psychiques, astrales et spirituelles ainsi que les immenses possibilités matérielles, sont redoutables au plus haut degré quand elles sont mises au service d'une cause en particulier. "


    

Publié dans MYSTERES ET ETRANGES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article