Livre Jaune N° 6, Éd. Felix, par un Collectif d'auteurs, ©2000.(Extraits des pages 217 à 240)

Publié le par Camille

La légende de la Lune morte
Livre Jaune N° 6, Éd. Felix, par un Collectif d'auteurs, ©2000.(Extraits des pages 217 à 240)
{...}
... Nous allons démontrer, à l'aide de documents non censurés de la NASA,
--> que la Lune dispose d'une atmosphère d'oxygène, qui permet de respirer sans bouteille;
--> que la force d'attraction de la Lune, que l'on évalue officiellement à un sixième de celle de la Terre (17 %), est en réalité 4 fois plus forte, c'est-à-dire à peu près 65 % de celle de la Terre, peut-être même plus;
--> que l'on trouve des nuages, du vent et de l'eau sur la Lune;
--> que la capsule Apollo et le module linaire disposaient de propulseurs secrets à force antigravitationnelle, sans lesquels ils n'auraient jamais pu quitter la Lune, du fait de sa réelle force de gravitation.
[Pour la série télévisuelle des Apollos],
Premièrement,
Deuxièmement
En voici les preuves
Flable N°1 :
Cette thèse repose sur la loi de la gravitation universelle de Newton. En respectant cette base de calcul, le point neutre, qui est l'endroit où l'attraction de la Lune est égale à celle de la Terre, devrait se trouver à une distance entre 35 et 40 000 kilomètres à la verticale de la Lune
Le magazine Time a écrit ceci le 25 juillet, donc 5 jours après le premier alunissage : « À un point qui se trouve à 43 495 miles
la Lune a une force de gravitation et d'attraction égale à un sixième (17 % ) de celle de la Terre., les premiers pas sur la Lune remontent environ à 1950, et non à 1969, ils sont l'œuvre des Américains, des Russes et sans doute aussi des Chinois. Depuis cette période, les grandes puissances ont été très actives. Elles ont édifié sur la Lune une base pour des missions futures dans le cosmos. il y a longtemps que des hommes ont marché sur la Lune. Jean Sendy disait : « La Lune a servi de base
à des extraterrestres voici plus de cent mille ans! Ils y ont creusé des cités souterraines, pour s'y établir, et ce sont eux qui à l'heure actuelle modifient par endroits le paysage à la surface ».
les combinaisons spatiales, le module lunaire qui ressemble à une sauterelle, le drapeau américain[étatsunien] qui ne flotte pas dans le vent mais qui reste fixe, le ciel lunaire que l'on a assombri artificiellement, était en réalité une mascarade qui devait dissimuler les conditions réelles qui règnent sur la Lune. Les grandes puissances auraient été contraintes de coloniser rapidement notre satellite. Cette requête ne devait en aucun cas pouvoir être formulée.(malheureusement tès discutables comme nous allons le voir par la suite!]. William Brian, un ingénieur américain, a analysé pendant de longues années les documents de la NASA, les films et les bandes sonores du programme spatial. Il ne s'est appuyé que sur des documents non censurés, mais cela lui a suffi pour démontrer que les conditions qui règnent sur la Lune sont très différentes de ce que l'on essaie de nous faire croire:

[mes propres calculs m'indiquent 37 230 km de la surface de la Lune en prenant une distance moyenne Terre-Lune de 384 400 km (ou 392 515 km de centre à centre), une masse de la Terre de 5,976 × 10 exp 24 kg et une masse de la Lune de 7,349 × 10 exp 22 kg; pour un système statique uniquement et non en rotation! Et avec la distance d'apogée de 407 000 km -> on obtient 40 722,722 km (ou 38 984,722 km de la surface de la Lune); puis avec le périgée de 356 417 km -> on obtient 35 589,788 km du centre de la Lune (ou 33 851,78 km de la surface){La valeur ponctuelle varrie donc entre 35 590 km et 40 723 km du centre de la Lune dépendamment de sa position autour de la Terre!}]. C'est le chiffre que propose l'Encyclopaedia Britannica de 1960. Si la force d'attraction de la Lune était supérieure, ce point se situerait plus près de la Terre. Voici ce que disent Wernher von Braun, directeur du programme spatial de la NASA, et Frederick Ordway, également de la NASA, dans le livre qu'ils ont publié ensemble sur les missions Apollo, "History of Rocktry & Space Travel" (l'histoire de la fuséologie et des voyages dans l'espace) : « La manœuvre d'approche de la Lune a été si précise que nous avons dû supprimer une correction de cours prévue à 8,26 heures du matin, le 19 juillet. À une distance de 43 495 miles (69 999 km) [ ici mes calculs m'indiquent que la masse véritable de la Lune serait plutôt 2,987 , 10 Exp 23 kg et donnerait une force gravitationnelle de surface de 6,6 N par kg de matière, soit 67 % de celle de la surface de la Terre -> 2/3 -> 4/6 et non 1/6 comme on nous le dit!!! 4 fois plus quoi! Seulement Si on ne considère que la force statique directe et en ignorant l'existence de la force centripète qui sert à maintenir la Lune et la capsule en rotation autour de la Terre! Dans ce cas de telles données seraient presque normal !], la capsule Apollo a franchi le « point neutre », à partir duquel c'est l'attraction de la Lune qui domine ».{43 495 × 1,60935 = 69 999 km}à sa verticale, la Lune exerce une force d'atraction égale à celle de la Terre, qui se situe à environ 200 000 milles (321 870 km) de distance [soit une distance Terre-Lune de 391869 km (surface à surface) ou 399985 km (centre à centre) ~ 400 000 km]». Même l'Encyclopædia Britannica a dû réviser ses chiffres. Dans l'édition de 1973, elle annonce que ce point se trouve à une distance d'environ 39 000 miles (62 765 km) de la Lune[ce qui donnerait une masse lunaire de 2,31 × 10 exp 23 kg --> 5,1 N/ kg --> 3,1 fois plus lourd -> 52 % de la force gravitationnelle de la Terre au lieu de 17 % !!! C'est donc déjà un très gros changement! Si seulement il n'y avait pas de rotation autour de la Terre et un petit autre chose que je vous indiquerai bientôt].

Les grandes puissances connaissent évidemment les chiffres exacts. Il est surprenant qu'elles aient attendu la mission Apollo 11 pour les rendre public. Surprenant, oui, parce qu'en connaissant ce chiffre et celui de la force d'attraction de la Terre, on peut déterminer facilement la réelle force d'attraction et de gravitation de la Lune. Celle-ci doit être au moins égale à 64 % de celle de la Terre, et non pas 17 % (un sixième), comme on le prétend officiellement! W. Brian conteste même ce chiffre. Vu que la NASA n'arrête pas de donner des informations erronées (les journalistes américains l'ont baptisé en riant « Never A Straight Answer » (jamais de réponse claire), il pense qu'il est possible que la force d'attraction de la Lune soit presque égale à celle de la Terre. Le point neutre se situerait donc encore plus loin de la Lune. Il est clair que ce point ne peut pas se trouver à 20 000 milles
{32 187 km}, et l'attraction de la Lune ne peut pas, en tout état de cause, pas être égale à 1/6 de celle de la Terre. [Nous verrons plus loin que oui c'est possible et je vous expliquerai pourquoi!]
La mission Apollo 8 l'a démontré. La capsule a atteint ce point après un voyage de 55 heures, 39 minutes. Elle a atteint la Lune au bout de 69 heures
Le fait de savoir que la force d'attraction est 3 fois supérieure
W. Brian a pu vérifier, en regardant les images d'Apollo 14, que tous les films que nous avons pu voir à la télévision étaient diffusés à une vitesse ralentie de moitié, donc en fait au ralenti. C'est pour cela que les astronautes marchent de façon si particulière. En doublant la vitesse de défilement, ils marchent comme sur Terre. La façon de marcher en suspension n'est pas due à la gravitation, c'est un montage de la NASA. W. Brian a écrit dans son livre "Moongate - The NASA Military Cover Up", que le module lunaire aurait dû être complètement différent, avec un sixième de la gravitation terrestre. Il décrit les efforts qu'ont dû faire les astronautes pour décharger leur voiture lunaire. Ils disaient que c'était beaucoup plus dur qu'à l'entraînement à Houston. Des brides comme « take it easy », « atta boy », ou « easy now » montrent bien qu'ils ont eu des problèmes et que cela n'était pas aussi facile que prévu ... À 17 % de la gravitation terrestre, l'engin ne devrait peser que 64 kilos environ,...
Comme le précise Alfred Nahon dans son livre "La Lune et ses défis à la Science" (Éd. Mont Blanc, 1973): « Dans toute cette affaire, capitale, vitale pour nous, habitants de cette planète, nous sommes traités en enfants et non pas en adultes. Néanmoins, c'est avec l'argent des citoyens « souverains » qu'est entreprise la grande aventure du voyage au 6e continent de la Terre!... Ne l'oublions pas, le programme spatial de la Lune a toujours été, dès son départ, une entreprise militaire! Ne vous laissez pas éblouir par les récits du jargon scientifique et les montagnes de chiffres, sous lesquels on dissimule ce fait fondamental. Tout cela n'est qu'un écran de fumée »!
[+ 8 min.], à une vitesse moyenne de 3462 milles/h [radialement]. Elle a donc mis un peu plus de 13 h [5384,6 km/h en moyenne] pour parcourir la distance entre le point neutre et la Lune. Si le point était à moins de 24 000 milles {38 624 km}, la capsule aurait mis environ 6,9 h. Les données de la NASA confirme que le point neutre est bien à environ 43 000 milles { 43 495 Milles => 69 999 km} de la Lune.a évidemment des conséquences majeures. Avec une telle force d'attraction, il était impossible de quitter la Lune sans une véritable fusée de propulsion. À la place du fragile module lunaire, il aurait fallu une fusée d'au moins 800 tonnes, un quart de Saturne V, pour décoller. C'est ce que révèle l'ingénieur W. Brian. La fusée Saturne V aurait pesé 64 fois plus sur la lune, donc environ 200 000 tonnes, elle aurait été 16 fois plus grande. Il devait donc y avoir forcément un tout autre mode de propulsion, mais nous y reviendront plus tard.

*****************
Puisque la lune est plus petite que la Terre et a une attraction gravitationnelle d'un-sixième de celui de la Terre (comme on nous a dit puisque Monsieur Issac Newton a formulé la Loi en 1666) le point de gravitation neutre entre la Terre et la Luna doit être tout à fait près de la surface lunaire. On nous a dit et il était à plusieurs reprises renforcé, que le point neutre est approximativement à 24,000 milles du centre de la lune

http://www.cyber-north.com/ufo/luna.html
[38624,4 km -1738 = 36886,4 km de la surface]ou environ 220,000 milles du centre de la Terre[354 057 km - 6371 km = 347 686 km de la surface de la Terre] [384 572,4 surface à surface ou 392 681,4 centre à centre -> 244 000 miles].
En employant ce chiffre, les scientifiques américains et Soviétiques ont commencé à lancer des objets à la surface lunaire, le premier d'abord étant "Luna 1" investigation russe le 2 janvier 1959. Il a passé dans 4,660 milles
Les Etats-Unis ont fait trois tentatives ratées avant qu'un défilé aérien de 37,000 milles
L'Amérique, seule dans la course pour la lune, a lancé une série d'investigations embarrassantes conçues pour durement atterrir avec des détecteurs sismiques. Ranger 3 a été manqué complètement et est entré en orbite solaire. Ranger 4 frappa la lune, mais n'a envoyé aucune information utile. Ranger 5 a été manqué par 450 milles
Deux ans après, Ranger 6 a été lancé, mais son système électrique a brûlé. Des vols suivants avaient un peu plus de succès et les Russes ont été encouragés à réactiver leur recherche lunaire. Mais Luna 5 s'est effondré à grand vitesse sur la surface. Luna 6 a été manqué. Luna 7 s'est effondré quand ses fusées rétrogrades ont poussé trop tôt. Luna 8 s'est effondré. Alors Luna 9 est devenu la première investigation de la terre avec succès d'atterrissage en douce sur la surface lunaire.
Des investigations ce temps-là des Soviétiques et des américaines étaient en grande partie couronné de succès, mais seulement parce qu'ils avaient été capables de recalculer le point neutre de gravitation entre la Terre et la lune.
La révélation la plus étonnante pour expliquer les nombreux échecs consistaient en ce que la NASA était capable de trouver exactement le point de gravité neutre entre les deux corps. Ce nouveau calcul n'a jamais été officiellement révélé ou expliqué, menant à suggérer que la NASA dissimule des données importantes concernant l'origine et la composition de la lune.
Le point neutre, comme publié dans le magazine du temps, le 25 juillet 1969 et la même année dans "l'Histoire de Panoplie de fusées et la Navigation spatiale," était 43,495 milles du centre de la lune
[ 7500 km] de la lune avant la disparition dans l'espace lointain. [59 546 km] n'ait été réalisé. Luna 2 frappa la lune, Luna 3 a tourné autour de la lune et a pris les images du côté lointain [de la face opposée à la Terre] et les Russes ont immédiatement remis [en question ?] toute la recherche lunaire et ont refusé de sortir n'importe quelle information qu'ils avaient rassemblée.[724 km], incitant les ingénieurs à asseoir et à recalculer leurs équations. Quelque part le long de la ligne, ils avaient fait quelques erreurs sérieuses de mathématiques!

[69 999 km - 1738 km = 68 261 km de la surface]. Cela signifie que l'attraction de gravitation de la lune n'est pas un-sixième ou 16.7 % de Terre, mais est en réalité 64 % ou plus grande que la moitié de la gravité de la Terre! [Ici on fait la même erreur que vue précédemment!]
À cause de leurs tailles relatives, si le point neutre est vraiment 52,000 milles
******************
Dans ce deuxième exposé, une possibilité d'annomalie importante subsisterait et pourrait nous conduire éventuellement à envisager les conséquences suivantes:
Ce qui pourrait donner les résultats suivants pour les PLANÈTES CREUSES {avec Fz = 1,79832}
[Toutes les masses serait ÷ par Fz sauf celle de la Lune] comme première possibilité:
Terre -> écorce de 1510,3 km {23,7 % du Rayon -> R /4,22}(densité moyenne de 3066,75 kg/m³)
Mars -> écorce de 804 km {23,7 % du Rayon -> R /4,22}(densité moyenne de 2187,3 kg/m³)
Vénus -> écorce de 1450 km {23,96 % du Rayon -> R /4,17}(densité moyenne de 2916 kg/m³)?
Mercure -> écorce de 578,6 km {23,7 % du Rayon -> R/4,22}(densité moyenne de 3017,8 kg/m³)
Jupiter -> écorce de 16 588 km {23,7 % du Rayon -> R/4,2145}(densité moyenne de 737,4 kg/m³)
Saturn -> écorce de 13 809 km {23,7 % du Rayon -> R/4,22}(densité moyenne de 382,2 kg/m³)
Uranus -> écorce de 5729 km {22,6 % du Rayon -> R/4,427}(densité moyenne de 706,6 kg/m³)
Neptune -> écorce de 5839 km {23,71 % du Rayon -> R/4,217}(densité moyenne de 910,7 kg/m³)
Pluton -> écorce de 79,3 km {6,837 % du Rayon -> R/14,6}(densité moyenne de 612 kg/m³)
Lune -> aucun changement de masse ni de densité, mais Flune = 1,7982 × 1,6234 = 2,92 N/kg -> soit 30 % de Fterre
car la constante gravitationnelle serait multiplier par 1,79832.
La deuxième solution consisterait à multiplier par 1,79832 la Masse de la Lune et de ne rien changer d'autres ailleurs -> ici cependant la Lune aurait une densité de 3345,3 kg/m³ × 1,79832 = 6016 kg/m³ et pourrait être difficilement creuse, car il faudrait augmenter encore plus la densité de l'écorce restante ce qui pourrait être aberrant!
Mais continuons l'analyse...
*************
Explications et mise au point!
Voici maintenant les explications qui sont à la base de la bonne compréhension de ce qu'il en est de tout cela! Il sera questions bien sûr de lois de la physique, d'équations , de calcul vectoriel, de positionnement ponctuelle de la Lune autour de la Terre et plus encore. J'essaierai de conclure en vous disant ce qu'il est nécessaire de savoir à coup sûr pour pouvoir bien conclure...
L'erreur commune d'interprétation est normal et quasi automatique si on ne connaît que peu ou pas la physique du mouvement des corps et surtout si on oublie de considérer la rotation de certains corps dans l'espace autour d'autres corps célestes.
Ainsi il y a deux équations principales à tenir compte:
Fg = GMm/ R² {où la constante gravitationnelle "G" = 6,67259 × 10-¹¹ Nm²/kg² et M = la Masse principale -> soit de la Terre, de la Lune, du Soleil ou d'une planète; puis m = la masse du petit objet dans nos calculs en kg; puis finalement R la distance entre le centre de passe de M au centre de masse de "m". [ N = Newton] "Fg" représente la Force gratitationnelle}
Fc = ma {où "m" est la masse de l'objet qui tourne exprimée en kg et "a" son accélération de rotation exprimé en m/s²}
a = v²/R { "v" est la vitesse tangentielle et "R" la distance de l'objet qui tourne au centre de masse de l'entité autour duquel il tourne -> une planète par exemple}
a = 4¶²R/t² {"t" étant le temps d'une révolution complète autour de la grande Masse (planète) exprimé en secondes}
Fc = m 4¶²R/t² {Ce qu'il nous importe dans nos démonstrations, c'est de faire le calcul pour un kg de matière seulement; "Fc" étant exprimé en Newton ou en Kg-m/s² et représente la Force centripète}
Je vais introduire tout de suite un faux argument utilisé pour dire que quelque chose cloche avec la Lune. Certains disent que la Force d'attraction (gratitationnelle) de la Terre sur la Lune est plus faible que la Force d'attraction du Soleil sur la Lune bien que la Lune continue à tourner autour de la Terre. De plus la Force d'attraction du Soleil sur la Terre est plus grande que celle de la Lune sur la Terre, alors pourquoi est-ce la Lune qui produit des marées et non le Soleil si la Lune n'a que la masse qu'on veut bien nous dire?

En fait la Force d'attraction du Soleil sur la Lune varrie en gros de 0,0059 à 0,005953 N/kg alors que la Force d'attraction de la Terre sur la Lune varrie de 0,00241 à 0,00314 -> en moyenne 0,0027 N/kg; soit un peu moins que la moitié.
Mais il faut savoir que la Force d'attraction du Soleil sert à MAINTENIR EN ROTATION le système "Terre-Lune" autour de lui {car Fc = ma = Mlune a} et sert de Force centripète pour retenir la Lune tout comme la Terre en rotation et n'est nullement disponible pour compétitionner la Force d'attraction de la Terre sur la Lune. De même, toute la matière contenue sur la Terre, y comprises les eaux, sont maintenues en rotation par la même Force qui, par conséquence, ne sert pas à des perturbations prononcées. Ainsi la Force de la Lune sur les eaux la Terre a le champ libre pour exercer le gros des perturbations {marées}et la masse de la Lune n'a pas à être plus grande pour justifier ce fait...
Comme vous pouvez le voir, l'erreur était facile à faire... il suffisait d'oublier la réalité de la rotation autour du Soleil!
Maintenant, dans la même veine, la même erreur a été commise pour l'engin Apollo 8 ou 11 ou X. Car il faut savoir que nous sommes dans un système dynamique, en mouvement, en rotation; que non seulement la Lune tourne autour de la Terre, mais qu'Apollo aussi a un mouvement de rotation autour de la Terre en plus de son mouvement radiale d'éloignement. Aussi la Lune a le temps de franchir 69 h (à 76h selon les vols) de parcours autour de la Terre durant tout le trajet de la capsule et que lorsque se produit l'ultime point de transition, la Lune a encore 13 heures de trajet final à effectuer.
Ainsi, nous devons considérer la situation cinétique de l'ensemble et non pas le statique.
Statiquement, pour des objets qui ne seraient pas en rotation et qui seraient alignés avec la Terre, nous aurions une distance du centre de la Lune qui varrirait de 35 589,8 km { pour le périgée}à 40 640,7 km (pour l'apogée) ou 38 384,1 km pour la distance mitoyenne de la Terre de 384 401 km. Car il faut aussi savoir que la Lune a une trajectoire elliptique autour de la Terre et que pour conclure quoi que ce soit il faut savoir où se trouve la Lune dans sa trajectoire à chaque instant. Ainsi l'encyclopédie Britanica en 1960 ne considérait que l'aspect statique. Et en cela ses chiffres étaient bons, mais sans valeur utile en pratique pour la NASA ou pour comprendre ce qui se passe vraiment avec ce fameux point zéro de gravitation ou nul.
[83 686 km ?], plutôt que 43,495 [69999 km] , [69999 km][faux ! Car cela donnerait plutôt environ 1,8 fois plus lourd que la valeur officielle puisque nous devons tenir compe d'un certain angle comme nous le verrons plus tard, ainsi que du fait de la rotation du vaisseau autour de la Terre comme pour la Lune !]à la Terre. L'homme de 170 livre sur la Terre pèserait 170 livres[ Faux !] sur la lune.[Erreur Watson!] L'information inconséquente et contradictoire concernant le point recalculé neutre mène quelques investigateurs à croire que la NASA conduit une opération de camouflage officielles. En employant les propres chiffres de la NASA, les chercheurs ont décidé que le temps que dure le vol pour les missions d'Apollon était plus court qu'il devait avoir été, indiquant que le vaisseau spatial a commencé à accélérer plus tôt qu'il aurait dû si la gravité de la lune était seulement un-sixième de celui de Terre. Les chiffres, en fait, valident la revendication que la gravité de la lune est presque la même que celle de la Terre! [Erreur Watson, ce n'est pas là ce que t'indiquent ces chiffres!]ou:
Vénus -> écorce de 1488 km {24,6 % du Rayon -> R /4,067}(densité moyenne de 2990 kg/m³)?
{Rondeur ?}ou:
Uranus -> écorce de 6249 km {24,64 % du Rayon -> R/4,059}(densité moyenne de 732,9 kg/m³)
{Rondeur ?}[???][données de base -> peu fiables]
Explications et mise au point! [suite 3]
Ainsi la formule Fterre = Flune laisse présager au moins un autre membre pour tenir compte de la rotation:
GMt/R² - GMl/r² - v²/R² = 0 {où R=distance Terre-Capsule; r = distance du centre de la Lune à la Capsule; v = vitesse tangentielle de la capsule (vitesse de rotation autour de la terre)}
Ici, plusieurs s'arrêtent et ne prennent pas en considération le fait du déplacement dans le temps de la Lune et par conséquent de l'angle que fait les directions Terre-Capsule et Lune Capsule au point d'équilibre de gravitation; qui n'est pas le Point zéro de Gravitation car il ne se situe pas dans l'axe Terre-Lune. Pour comprendre le présent et la suite, il faut avoir en tête le schéma du parcours de la Capsule de son départ de la Terre jusqu'à la Lune. La capsule décolle et se met en orbite autour de la terre, puis quitte cet orbite à droite de la Terre pour effectuer un genre de "S" en se dirigeant vers "le point de rencontre" avec la Lune et non pas la Lune elle même. Durant ce temps la Lune effectue son trajet habituelle autour de la terre et fait une portion de ce trajet de 69 h avant que la capsule ne se mette en orbite autour d'elle par la gauche. La Lune a une vitesse tangentielle supérieure à celle de la capsule. Cependant, avec sa vitesse radiale, la capsule va plus vite, presque le double.
Mais pour le point de gravitation équilibré entre la Terre et la Lune dans son trajet non alignée avec ces deux astres, il faut considérer que la Lune a encore 13 heures de parcours à faire et que cela implique un angle qu'il faut trouver afin d'effectuer un calcul vectoriel des forces gravitationnelles en présence.

Cependant, si on regarde la situation d'un objet se trouvant au point de gravitation zéro sur l'axe Terre-Lune et en rotation autour de la Terre tout en restant en cet état d'équilibre, nous aurions ce qui suit pour les 5 distances principales et autres entre la Lune et la Terre:
faire les calculs avec 27,32166 jrs -> t² = 5,5723918 × 10¹² s²
67 909,712 km
(pour 407 000 km centre à centre) [-1738 = 66 171,712 km]
62 765,000
61 304,880 km
58 373,150 km
49 031,654 km
(pour 356 417 km centre à centre) [-1738 = 47 293,654 km] (pour 384 401 km centre à centre) [-1738 = 56 635,150 km] (pour 391 870 km centre à centre) [-1738 = 59 566,880 km] km
Ici, on voit que le mieux que l'on puisse avoir est 67 910 km lors d'un Apogée. Il resterait toujours un 2090 km d'écart qui nécessiterait une force plus grande de la part de la Lune. Déjà donc on pourrait à juste titre se demander ce qui se passe, car on aurait même un 7235 km d'écart avec ce que promulgue l'Encyclopédie Britannica de l'Édition 1973! Et cela s'approcherait de beaucoup d'un facteur de correction Fz de 1,8 comme dans les calculs d'écorce des planètes ci-haut!


Mais l'analyse complète du phénomène n'est pas encore obtenue. Il nous reste l'élément le plus difficile à circonscrire et à quantifier! Soit l'angle entre l'axe Terre-Lune et l'axe Lune-Capsule:
Nous prendrons la vitesse moyenne de la Lune = 1,03 km/s -> 3708 km/h
Nous prendrons aussi un temps restant de 13 h
Et une position de 70 000 km entre la Capsule et le centre de la Lune
Ainsi que 218 768 milles ou 352 074 508,734 mètres du centre de la Terre à la Capsule
{~ 352 074,5 km}
Ainsi que 402 832 508,734 mètres entre la Lune et la Terre
{~ 402 832,5 km}
Tout cela ne sera qu'une approximation
Donc 13 h × 3708 km/h = 48 204 km qu'il reste à la Lune à parcourir avant d'être atteinte par la Capsule et qu'elle ne se mette en orbite autour d'elle en haute altitude...
De plus, de ces deux mesures nous trouvons qu'il reste 50 758 km à franchir radialement pour la Capsule durant ces 13 h; et de tout cela on tire l'angle approximatif de la Force de la Lune sur la Capsule : 90° - 46,48° = 43,52° de la verticale radiale à la Terre et à la Lune et ~ 8° pour la force de la Terre.
Maintenant pour vérifier l'annulation des forces en présence par rapport à l'axe Terre-Lune, nous devons utiliser la portion vectorielle de chacune des deux forces qui s'opposent , car il y en a une autre portion qui s'additionne l'une l'autre comme un arc tendu pour tirer une flèche.
Fgt × cos 8° - Fgl × sin 43,52° - Fc = 0 [Fc représente la force centripète qu'exerce la Terre sur la Capsule pour la maintenir aussi en rotation autour de la Terre]
(G Mt/R²) cos 8° - (G Ml/r²) sin 43,52° - v²/R = 0 [par kg de matière]
[6,67259 × 10-¹¹ × 5,972 × 10 exp 24 / (352 074 508,734)²] cos 8° - [6,67259 × 10-¹¹ × 7,349 × 10²² / (70 000 000)²] sin 43,52° - 4¶² × 352 074 508,734/(2,360591424 × 10 exp 6)² =0
0,003183444866363 - 0,00068912579378 - 0,00249432286983= 1,67 × (10 exp -14) N/kg ~ 0

Comme nous le voyons, il existe une solution mathématique, physique et logique aux données en circulations qui prêtes à contreverse selon plusieurs. Je ne dis pas que j'ai résolu rigoureusement la question et d'une manière définitive. Mais je vous dis qu'il faut faire attention à ces données qui sont souvent des approximations et des mélanges de situations. Les écarts dans la distance entre la Lune et la Terre sont importants et il faut considérer cette distance ponctuellement et pour un seul événement à la fois. De plus si l'événement globale se prolonge dans le temps, il faut regarder et prendre en compte les changements dynamiques qui s'effectuent réellement durant tout le trajet. Et comme tout est en mouvement, il faut aussi calculer vectoriellement les Forces en présence sans oublier de prendre en considération la Force centripète nécessaire à faire tourner des corps dans l'espace et qui doit être soustrait de la Force gravitationnelle pour savoir quelle résultante il reste pour les relations de gravitation statique.
Il faut aussi avoir en tête la forme particulière que prennent les trajets Terre-Lune selon les conceptions de la NASA {en forme de "8"}.
Bien entendu, j'ai simplifié tout cela pour mes calculs. Car il faudrait en fait savoir quelles sont les vitesse tangentielles véritable impliquées ainsi que les positionnement effectif lors de l'analyse des forces pour un moment précis.
Si jamais la distance effective de la Terre à la Lune, ou de la Terre à la Capsule ne permettait pas de solution raisonnable selon les types de calculs que j'ai effectués, alors il serait de mise de poursuivre l'investigation.
Mais pour l'instant, tant que les distances exactes Terre-Lune, Terre-Capsule et l'angle de désalignement des trois corps avec si possible la vitesse tangentielle de la Capsule lors du franchissement du point de gravitation nul {et non zéro à cause justement du désalignement} ne seront pas connus avec certitude pour un même événement, nous ne pourrons prendre ces soupçons d'anomalies au sérieux pour conclure sur la non validité de la Force gravitationnelle officielle de la Lune, pas plus que pour modifier la Masse de la Lune, ou de la constante "G" de gravitation ou pour calculer l'épaisseur de l'écorce les Planètes Creuses.
Mais cela fait mon affaire car la Lune est sensé être Creuse elle aussi. Et maintenant la généralisation du phénomène pourrait s'appliquer à la Lune. Si on arrive à démontrer que "G" est plus grand et que donc toutes les masses des Planètes, Soleil ou satellites sont moins grandes pour une même Force gravitationnelle, alors le tour sera joué. Nous pouvons encore compter sur la connaissance de l'épaisseur de l'écorce Terrestre pour justement établir le facteur Fz qui doit multiplier "G" et diviser les Masses des Corps célestes et ainsi nous permettre de calculer l'épaisseurs de l'écorce de ces autres corps célestes. Ce facteur sera tout près de 2; je le calculerai bientôt...
De plus, avec ces derniers types de calculs je puis dire que les valeurs suivantes varient :
Distance Terre <-> Lune ====> de 407 000 km à 402 832 km
Distance Terre <-> Capsule ==> de 345 230 km à 352 074 km
Distance Radiale à parcourir ==> de 061 770 km à 050 758 km
L'angle de déviation Lune-Capsule par rapport à l'axe Terre-Lune ===> de 28,063325° à 43,52°
L'angle de déviation Terre-Capsule par rapport à l'axe Terre-Lune ==> de 5,4489255° à 8,52°
Comme plage où l'on a une solution possible et cela N'inclue pas la valeur de L'Encyclopédie Britannica de 1973 avec son fameux
Explications et mise au point! [suite 3]
62 765,000 km qui demanderait 69 999 km pour une distance plus courte => ce qui ferait aussi diminuer les angles de déviations et nous rapprocherait de l'alignement parfait comme vu plus haut et où la solution est donnée.]une distance Terre-Lune de 407 456,5648325 km et des angles de déviations de 26,28° et 5,346°. Ce qui n'est pas possible parce que la distance maximale Terre Lune est de 407 000 km!!! [Sauf si on changeait la distance fatidique du
 
Site de Jacques Fortier
*********************
Ésotérisme - Normal? Paranormal? - les extraterrese ?? sont-il parmi nous tous ????

radarani - 27/03/2001 01h14 HNE (#22 de 23)
1` les ombrages sont a angle différente. Les roches, le module et l'astronaute.
2` le flague bas au vent.sur la lune y as pas de vent, pas d'atmosphère.
3` Les pattes du module sont propre comme un bijou, supposément a côté d'un moteur de 18000 livre de poussé servant a attérir.
4` J'ai travaille 20 ans dans une fonderie.Faire une belle emprunte dans le sable est une science. Sa prend un sable fin pas trop mais assez, 8% de farine, de sable ou de glaise. 8% a 10%d'HUMIDITÉ. Pas d'emprunte dans le sable SEC....
5` Il n'y avait pas d'étoiles au dessus de l'horizon.
6` le 2`filme pris as 2 kilomètre plus loin avec le petit bogy était exactement le mème paysage que le premier.
7` les croix dans la lentille de la caméra, certeine partit était caché derrière le flag. Les croix était faite dans le décors...
*****************************
L'Alternative 3
Livre Jaune N° 6, Éd. Felix, par un Collectif d'auteurs, ©2000.( extraits des pages 339 à 370)
Watkins écrit que toutes les données de ces expériences ont été exploitées en commun avec celles de la clinique psychiatrique de Dnepropetrovsk. « Les banques de données ont été rassemblées, pour permettre de développer des méthodes de fabrication qui pourrait engendrer un espèce "d'esclave"».
Après ces scénarios de film d'horreur, on se dit qu'il n'est pas impensable que les États-uniens et les Russes disposent de moyens, depuis la fin des années 50, début 60, qui permettent de transformer, par une opération, de futurs travailleurs martiens, pour qu'ils exécutent comme des robots, sans désirs et sans conscience, les ordres que leur donnent « l'élite » des émigrés. Ces hommes de pouvoir, qui planifient et réalisent l'exode d'une certaine partie de l'humanité sur Mars, pensent qu'il faut de toute façon réduire la population du globe par un moyen ou par un autre. Pour eux la bombe à retardement que représente la surpopulation se rapproche de l'explosion finale, et donc de la durée de vie de la Terre, chaque fois que naît un bébé dans le monde.
Jim Keith révèle une une vérité inquiétante dans le chapitre sur l'explosion des populations. Il dit qu'au début des années 40, le président Franklin D. Roosevelt a développé un plsn géopolitique, le plan M, sur les migrations de populations dues à la Seconde Guerre mondiale, population estimée à 30 millions d'individus. Six cent soixante six études ont été réalisées pour le plan M, jusqu'au mémoire final qui a été présenté à Truman en 1945. Le général W. J. Donovan de l'OSS, Nelson Rockefeller et Sripati Chandsekhar, membre à vie de la Société Britanique d'Eugénie ont participé au projet. Dans un livre paru en 1962, Henry Field, le chef du projet, déclare que le projet M s'est intéressé à : « l'explosion des populations et au rapport futur entre les ressources et l'alimentation, à la surpopulation de la Terre, à l'émigration interstellaire et à la recherche d'organismes vivants sur d'autres planètes ». Il n'exclut pas d'installer des « quartiers temporaires sur Vénus ou sur Mars ».
L'Affaire Jonestown
Livre Jaune N° 6, Éd. Felix, par un Collectif d'auteurs, ©2000.(pages 369 à 373)
Jim Keith révèle une vérité inquiétante dans le chapitre sur l'explosion des populations. Il dit qu'au début des années 40, le président Franklin D. Roosevelt a développé un plan géopolitique, le plan M, sur les migrations de population dues à la Seconde Guerre mondiale, population estimée à 30 millions d'individus. 666 études ont été réalisées pour le plan M. jusqu'au mémoire final qui a été présenté à Truman en 1945. Le général W. J. Donovan de l'OSS, Nelson Rockefeller et Sripati Chandsekhar, membre à vie de la Société Britanique d'Eugénie ont participé au projet. Dans un livre paru en 1962, Henry Field, le chef du projet, déclare que le projet M s'est intéressé à : « l'explosion des populations et au rapport futur entre les ressources et l'alimentation, à la surpopulation de la Terre, à l'émigration interstellaire et à la recherche d'organismes vivants sur d'autres planètes ». Il n'exclut pas d'installer des « quartiers temporaires sur Vénus ou sur Mars ».
Il y a des indices qui montrent que le projet a été réalisé à petite échelle avec des « esclaves » rendus dociles par des produits pharmaceutiques, dans la jungle de Guyana et avec l'appui des services secrets américains. Vous souvenez-vous de la secte autour de Jim Jones et du suicide de masse à Jonestown, en novembre 1978? Il y a des éléments qui indiquent clairement qu'il n'était pas la personne que les médias nous ont présentée. La « carrière » de l'évangéliste Jim Jones commence en 1961, au Brésil, où il avait émigré, soi-disant pour s'occuper d'une mission envers les plus démunis. Pour des raisons que nous ignorons, c'est l'ambassade américaine qui a pris à son compte les frais de transport et de nourriture pendant son séjour. Jones a confié à plusieurs reprises à des habitants du coin qu'il travaillait pour la Naval Intelligence, le service secret de la Marine. Il était accompagné de Dan Mitrione, un ami de longue date, collaborateur de la CIA, pour enseigner aux forces de polices locales les techniques d'interrogatoire et de torture.
À la fin de sa « mission » au Brésil, Jones est rentré aux États-Unis, il a construit un temple, le "People's Temple" (temple du peuple) à Ukiah, Californie, entouré de barbelés, surveillé par des gardes armés jusqu'aux dents et des chiens d'attaque. Pendant cette période, il y a eu, selon la journaliste Kathy Hunter, 7 morts parmi les membres du temple. 7 personnes qui avaient tenté de s'échapper du camp. Kathy Hunter est morte plus tard dans des conditions non élucidées. Jones mobilisait ses troupes pour soutenir la campagne électorale de Moscone, qui voulait devenir maire de San Francisco. Quand il a été élu, Moscone s'est montré reconnaissant, il l'a nommé resposable de la Commission d'attribution des logements. Plusieurs de ses disciples lui ont été envoyés par le bureau d'aide sociale de la ville. Il n'a pas eu de mal à recruter un grand nombre de personnes pauvres et sans-abri pour son « église ».
Livre Jaune N° 6, Éd. Felix, par un Collectif d'auteurs, ©2000.(pages 369 à 373)
Beaucoup d'amis proches de Jones avaient des contacts avec les services secrets. Richard Dwyer, chef de mission de la CIA à l'ambassade américaine de Georgetown était souvent l'hôte de Jones, peu de temps avant la fin terrible de la communauté. Sur des bandes qui ont enregistré les péripéties du massacre, on entend Jones hurler: « Sortez Dwyer de là! » Dwyer a reconnu avoir été observé pendant qu'il délestait les victimes de leur portefeuille et d'autres affaires. John Burke, qui travaillait depuis 1963 pour la CIA, a tout fait pour empêcher Ryan, le membre du Congrès de faire une enquête sur le massacre. L'ambassade américaine au Guyana a empêché Ryan de faire des recherches sur les violations des droits de l'homme à Jonestown, elle a surtout donné à Jones[John?] les copies de toutes les questions que poseraient le Congrès sur Jonestown, qui tombaient sous le libre accès à l'information.
Lawrence Layton et sa famille faisaient partie des principaux financiers de Jones. Ils lui ont donné des centaines de milliers de $. Layton était responsable du département de recherche sur la guerre chimique et écologique aux "Dugway Proving Grounds", en Utah. Plus tard, il est devenu responsable du département des fusées et des satellites à la "Navy Propellant Division" de Indian Head, Maryland. "Dugway Proving Ground" a été mis en cause de façon répétée dans des scandales de mutilations d'animaux, de gaz de combat biologiques et d'expériences génétiques.
L'endroit où Jonestown a été érigé présente certaines caractéristiques étranges. On y trouve beaucoup de minéraux ainsi qu'une activité minière importante. Des projets de 1919 montrent que l'on cherchait déjà à construire des cités ouvrières pour des travailleurs mal payés. Charles Garry, un avocat du People's Temple explique que Jones et Jonestown étaient littéralement assis sur une mine d'or. Des relevés confirment cette affirmation.
Livre Jaune N° 6, Éd. Felix, par un Collectif d'auteurs, ©2000.(pages 369 à 373)
N'est-il pas étrange de constater que Jonestown a été construit en même temps qu'a été développé le projet MK Ultra, et que la population-cible du programme était des Noirs, des prisonniers et des femmes, exactement la composition des « croyants » rassemblés à Jonestown? Quand arrivaient des membres de couleur du temple au Guyana, on les attachait après les avoir bâillonnés et on les conduisait à l'intérieur du camp. Les indigènes voyaient de temps en temps des Blancs, mais jamais ils n'ont pu voir la majorité de Noirs qui peuplaient Jonestown. Une fois qu'ils étaient dans le camp, ils devaient travailler 16 à 18 heures par jour, avec une nourriture rationnée, faite de riz, de pain et de viande avariée. Les agents de sécurité étaient tous blancs, en majorité des hommes. Ils étaient armés, poussaient les Noirs à travailler et les empêchaient de s'enfuir. D'après le chercheur John Judge, les agents de sécurité ne sont pas morts pendant le massacre. Mais rien n'a été entrepris pour les retrouver ou leur demander des comptes.
Malgré le fait que le médecin du camp tenait des listes précises sur les médicaments qu'il distribuait, celles-ci n'ont pas été retrouvées. Après le massacre on a retrouvé assez de stupéfiants pour approvisionner 200 000 personnes pendant une année. Les réserves étaient prévues pour 1000 personnes! Peu avant le massacre, 500 000 $ ont quitté le camp. Michael Prokes, qui transportait les fonds, s'est tiré une balle dans la tête pendant une conférence de presse au cours de laquelle il avait reconnu être un agent du FBI...
Les premières dépêches de presse ont annoncé 400 suicides et 700 personnes qui avaient pris la fuite dans la jugle. Plus tard on en était à 913 morts. La cause de la mort n'était pas le cyanure, selon le Dr. Mootoo, un médecin guyanais. La presse américaine l'a prétendu. Les victimes ne montraient pas de symptôme d'empoisonnement au cyanure. Dr. Mootoo a retrouvé des traces de piqûres chez 90 % des victimes. Il a conclu que toutes les victimes avaient été assassinées, sauf 2 qui s'étaient suicidées. La presse américaine prétendait que toutes s'étaient suicidées. Les cadavres de Jonestown ont été rapatriés très tardivement vers les États-Unis. La décomposition avancée des corps rendait toute autopsie impossible. Sur ordre de Zbigniew Brzezinsky, toutes les traces ont été nettoyées sur les cadavres. Il y a eu des plaintes officielles sur des crémations illégales entreprises par l'armée.
Livre Jaune N° 6, Éd. Felix, par un Collectif d'auteurs, ©2000.(pages 369 à 373)
Reste à savoir si Jim Jones est vraiment mort à Jonestown [...] Le FBI n'a pas fait de test d'identification à partir des dents. Au moment de sa mort[?], Jones disposait d'une fortune collossale, difficile à évaluer, autour de 2 milliards de $. On sait également qu'il utilisait régulièrement des sosies. Joyce Shaw, une responsable du temple, a décrit Jonestown comme étant une « expérience monstrueuse du gouvernement » et un « projet pathologique et raciste, comparable à ceux des nazis, pour éliminer les Noirs ». Joseph Holsinger, l'assistant parlementaire de Leo Ryan ( membre du Congrès) va plus loin: « Il y a des chances pour que Jonestown ait fait partie du projet MK Ultra, une expérience gigantesque de contrôle de la pensée ».
****************************
(pour 395 403,220 km centre à centre) [-1738 = 61 027 km] Pour L'encyclopédie Britannica 1973l'attraction gravitationnelle de la lune serait identique {5571 km/h}

Publié dans DESINFORMATION

Commenter cet article