Un ciel d'un autre temps

Publié le par Camille

http://prixreportage-drupal.web2.rue89.com/reportage/un-ciel-dun-autre-temps

Un ciel d'un autre temps

 

Nous sommes début décembre 2007.

Un article de Rue89 est une première bascule. Le mot « complot » y figure; je fronce les sourcils, suis dubitatif.
Une multitude de réactions diverses qui en rajoutent, ou en soustraient, s'en suit.

Business et profitabilité étant les mots à la mode en ce monde, je pensais, moi, sottement, à un additif instillé au kérosène, pour en consommer moins !...

Mais une seconde bascule s'opère quand, tapant sur les liens indiqués, je tombe sur des images semblables à ce que j'observais. Des centaines d'images, de vidéos, qui jaillissent, spectaculaires : une révélation.

Une révélation de quelque chose d'important qui se passe, sur toute la planète, au même moment, sans qu'on le sache, car ce « quelque chose » de conséquent et de diffus semble ignoré. Ignoré ou tu.

La machine s'emballe par la magie d'Internet : des sites, surtout américains, montrent des photos satellites, parlent de la composition, plus précise, de ces trainées blanches, de la procédure mise en œuvre, de l'équipement spécifique des avions...

Un site français, très documenté, rapporte une question officielle sur le sujet d'un député européen à la Commission Européenne, qui... botte en touche.

Nous referait-on le coup du nuage de Tchernobyl ?

Comme un rideau

En synthèse, les données semblent claires : il s'agirait de pulvérisations gigantesques de poudre d'aluminium et de baryum.

Réchauffement planétaire, UV et ozone protecteur contre ces UV, sont au menu.

Explications :

«Le baryum diffusé au moyen des chemtrails s'oxyde dans l'atmosphère pour devenir de l'oxyde de baryum, ayant pour propriété de fixer les molécules de dioxyde de carbone. Ainsi pense-t-on neutraliser le dioxyde de carbone, responsable du réchauffement climatique.

La poudre d'aluminium remplit une double fonction cruciale dans la production d'ozone : au cours d'un processus complexe, l'aluminium renvoie dans l'univers la lumière ultraviolette ainsi que celle du Soleil, tout en transformant la chaleur terrestre en rayons infrarouges au travers des « particules Welsbach ». Ces rayons infrarouges sont déviés par la Terre, provoquant un refroidissement perceptible de la surface terrestre. »

En lisant ces indications, je pense pêle-mêle à plusieurs choses. Je pense à ces films de science-fiction où une météorite va s'écraser sur la Terre, et qui fédère toutes les nations, pour l'occasion. Je repense à ce concept de « réfugié environnemental », présenté dès 1985...

Je repense aussi à ce terme, peu usité, « épandage ». Un beau mot, ma foi, qui va devenir tendance.

Il évoque tout à fait le paysan, sur son tracteur, qui répand consciencieusement ses produits sur son champ.

Ces avions ont donc pour objectif de masquer le ciel et le soleil, et ses UV, en formant un voile, comme on tire un rideau dans une pièce trop ensoleillée, trop chaude.

On tisse ce voile : ce sont ces mailles carrées, issues des chemtrails qui s'entrecroisent, diffusent et confluent.

 

quadrillage.jpg
 

 

Le voile obtenu est blanc laiteux, puis gris. Ce phénomène de diffusion est très rapide après le passage des avions.

 

voile.jpg
 

 

Parfois, un arc-en-ciel « chimique » se dessine : particularité, il est à l'envers.

 

arcenciel_chim.jpg
 

 

 

On ne vit pas dans la négation des faits

Nous sommes fin décembre, les fêtes approchent.
Je demande leur avis : au Ministère de l'Écologie, à Météo France, à des climatologues... qui se révèlent, comme les avions épandeurs, plutôt silencieux.

Aux multiples associations s'occupant d'environnement : Greenpeace, Fondation Hulot, Alliance pour la Planète, Amis de la Terre,... Le WWF dit n'avoir aucune expertise sur le sujet. Le CRIIRAD me répond ne pas connaître le phénomène, le MDRGF également.

Une responsable du ROC engage, et je l'en remercie, une discussion, mais elle veut avoir des preuves « scientifiques» et se fonde sur Wikipedia, assez circonspect et distant sur le sujet. On ne vit pas dans la négation des faits, pensé-je. Mais c'est Noël et je ne veux pas la déranger plus. Je me rappellerai son intelligence.

Les Verts : premier parti politique contacté. Sans réponse à quatre courriels, je téléphone. Le responsable, très à l'écoute, me dit que « en majeure partie, c'est de l'eau... ». Mais informé, notamment de l'intervention à la Commission Européenne citée plus haut, il préviendra « les députés verts européens ». Je lui transmets un dossier assez complet avec, bien entendu, photos à l'appui.
Qu'a-t-il pensé, après avoir raccroché ? ...à la vue des images ? En a-t-il parlé ?... à sa femme, à ses amis ?...

Manipulation du climat

2 Janvier 2008 - 10 heures : le ciel est d'un bleu pur. A 13 heures, il fait gris. Uniformément gris !

En moins de 10 minutes, la progression de la confluence est spectaculaire. La fleuriste perd son splendide sourire coutumier, quand elle me dit qu'il fait beau et que je lui dis que ça ne va pas durer. Je continue dans la rue et en parle à des gens que je connais, et à d'autres que je ne connais pas.

Comme cette dame avec son bébé dans la poussette, que je me crois devoir aborder : elle s'en était aperçue, du ciel bleu qui « se couvre ». Je lui expose les faits et, au même moment, je pense que la femme est l'être qui est programmée pour pérenniser la race humaine : elle, qui a déjà freiné la conception en raison du chômage et de la pollution, que va-t-elle penser, et que va-t-elle (dé)programmer désormais ?

Je lui fais remarquer la tonalité particulière du soleil : blanc, style métal en fusion, irregardable. La persistance jaunâtre des impressions lumineuses sur la rétine est flagrante et inhabituelle. Ce n'est pas un soleil d'hiver normal. On a l'impression que notre soleil peine, ne comprend pas.

3 janvier, le verglas est là : surprenant, intense, punissant tout le monde. Accidents mortels sur la route. Je vois une photo de camions immobilisés, sur une page Internet : je la capture, pense à ces personnes. Je ne veux pas faire, mais je ne peux pas ne pas le faire, la relation entre ce verglas subit, et la veille.

Ce mot... « Géoingénierie », la manipulation du climat...
Je recroise, toutes tenant difficilement debout sur cette patinoire, les personnes rencontrées la veille. Une me demande, me fixant : « ça a un rapport ?... » . Une autre, plus directe : « Il y a quelque chose à faire ?... ». Une troisième me confirme la violence du changement de temps, trop rapide pour lui... Je me souviens alors des anciens, qu'on moquait, car ils reliaient le changement de temps aux satellites qu'on envoyait dans l'espace.

Vengeance de la banalité

Les jours qui suivent, confirmation des épandages. Épandage est un mot doux à prononcer. Chemtrail est plus incisif. Ceci compense cela. Mais ça ne change rien.
Une banalité semble se venger : parler du temps qu'il fait est, quand on ne sait pas quoi dire, le moyen le plus courant pour engager une conversation.

A présent, on va en parler, et sérieusement ! Car, à présent, la donne change. Car le temps change. Et il est changé, intentionnellement.

Lorsqu'on leur montre le ciel et ces épandages, les gens de la rue d'en bas, évoquent trois idées récurrentes :

« Ben, c'est la pollution... »... « C'est de la condensation... »...« Ben, ça a toujours été comme ça, non ?... »

 

spread.jpg
 

 

Le blanc des trainées rassure le quidam. Et les « nuages » sont assez ressemblants aux cirrus. Une dame me dit qu'elle préfère ne pas savoir, une autre me reproche de faire venir la pluie...ouille !

Une peur reflexe, instinctive, s'instaure d'emblée. La peur du ciel, qui peut nous « tomber sur la tête ».

Message céleste

Un dimanche matin, je filme un avion laissant une trainée très dense et très longue. A un moment, celle-ci se disloque curieusement.

 

Publié dans MANIPULATIONS

Commenter cet article