CIVILISATION MAYA

Publié le par camille

CIVILISATION MAYA

 

La civilisation maya
 
Les Mayas

Mayas, Aztèques : Les peuples du Soleil

Malheur aux vaincus ! Mayas et Aztèques ont chèrement payé leur - mauvaise - rencontre avec les conquistadors. Les Indiens, médusés par la cupidité des hommes venus de l'Océan, se laissent décimer par les armes ou les maladies importées. Pire, ils sont ignorés : l'envahisseur passe à côté de leurs richesses culturelles sans même les soupçonner. Les Mayas mettent-ils au point une écriture hiéroglyphique ? Elle n'a pas encore été entièrement déchiffrée. Les Aztèques bâtissent-ils dans la vallée de Mexico l'immense cité de Tenochtitlán sur le modèle de Teotihuacán, « le lieu où les dieux sont nés » ? Il faudra attendre des lustres avant que l'on s'y intéresse vraiment.

Oui, vraiment, malheur aux vaincus ! Elles ont pourtant tant à nous apprendre : une société où du Guatemala au Honduras actuels, les Mayas travaillaient avec brio la céramique, ou peaufinaient une arithmétique élaborée; où les connaissances des savants aztèques en astronomie auraient sans nul doute impressionné Galilée.
LES MAYAS

La civilisation mayaEn traversant les contrées d'Amérique centrale, les conquistadores espagnols sont passés à proximité des plus grands centres mayas sans en soupçonner l'existence. L'Empire aztèque était alors à son apogée, et la civilisation maya en pleine décadence, ses grandes citées ayant été abandonnées cinq siècles auparavant.

Reconstituer l'histoire des Mayas est une quête difficile, car les manuscrits hiéroglyphiques ont quasiment tous été détruits par les prêtres espagnols au XVIe siècle. Seuls quatre codex ont traversé les âges. L'étude de la civilisation maya a pu se faire grâce aux fouilles d'une centaine de sites archéologiques dégagés de la végétation tropicale et par l'observation ethnologique des populations actuelles telles que les Lacandons qui ont su préserver d'anciennes coutumes.

Géographie
La civilisation maya : Carte de l'empire maya

Le territoire Maya (400.000 km2) s'étend sur les états actuels du Guatemala, du Belize, une partie du Mexique (états du Yucatan, du Campèche, du Quintana Roo et du Chiapas), une partie du Salvador et du Honduras.

Classiquement, il se subdivise en trois grandes régions :
- les Hautes Terres : au relief montagneux et climat tempéré, elles joueront un rôle prépondérant au Préclassique,
- les Basses Terres du Sud : recouvertes d'une forêt tropicale dense et humide, elles seront le coeur de la civilisation Classique,
- les Basses Terres du Nord : dépourvues de cours d'eau, recouvertes d'une végétation éparse et au climat sec, elles connaîtront leur apogée au Postclassique.

Histoire des Mayas

L'histoire de la civilisation maya est classiquement découpée en trois grandes périodes :
- Préclassique de -600 à +300 : la formation (Kaminaljuyù, Uaxactùn, Izapa, ...),
- Classique de 300 à 900 : l'apogée (Copán, Tikal, Palenque, Uxmal, Bonampak, ...),
- Postclassique de 900 à 1500 : le déclin (Chichen Itza, Tulum, Mayapán, ...).

La civilisation maya : ChichenitzaLes premiers peuplements mayas connus se situent dans l'actuel Belize vers 1000 av JC. Entre 600 et 500 av JC, ils s'installent dans une région comprise entre le Mexique et le Guatemala. C'est là, dans cette région à la végétation dévorante, où tout semblait hostile à l'homme que vont surgir les plus belles cités : Tikal et Palenque qui connaissent leur apogée entre 300 et 900.

Mais ce défi à la nature devait avoir une fin au IXe siècle lorsque les grand centres sont abandonnés pour le Yucatan et les cités de Chichen Itza et Uxmal. Plusieurs causes ont été évoquées pour expliquer cette migration : changement climatique, guerres intestines, épuisement du sol, lassitude des paysans à lutter contre l'emprise de la forêt.
A la fin du Xe siècle, les vestiges de la civilisation maya sont largement fécondés par l'apport culturel des Toltèques récemment arrivés.

Vers la fin du XIIe siècle, des querelles intestines entraînent la décadence de Chichen Itza. La dernière cité maya indépendante tombera aux mains des espagnols en 1697.
 

Influence des civilisations voisines

La civilisation maya : edifice aztequeAvant de disparaître, la civilisation olmèque influença les autres civilisations méso-américaines : les Zapotèques de Monte Alban, la civilisation de Teotihuacan, les Toltèques de Tula et finalement les Aztèques.
Les mayas empruntèrent aux Olmèques le calendrier long, l'écriture avec des glyphes et les principes de base de leur religion. Ils furent également influencés par Teotihuacan qui contrôla les hautes terres du Mexique du Ier au VIIe siècles.
Après un âge d'or de près de cinq siècles (300 à 900), la civilisation maya déclina avant d'être fécondée par l'arrivée les Toltèques, chassés de Tula vers la fin du Xe siècle.

Organisation sociale et politique des Mayas

La civilisation maya : Organisation politiquePas de pouvoir politique centralisé chez les mayas, ils étaient organisés en états-cités autonomes collaborant souvent, s'entre-combattant parfois. Au centre de la cité, les temples, monastères, observatoires astronomiques et palais sont organisés autour de vastes places. Les habitations individuelles sont éparpillées dans les faubourgs. Les plus grandes villes regroupent 200.000 à 300.000 personnes.

L'organisation politique est de type " monarchie héréditaire " : la cité est gouvernée par le halac vinic qui dispose des pouvoirs religieux, militaires et civils. Il choisit, au sein d'une classe aristocratique héréditaire, les batabs (chefs locaux, responsables de bourgs ou de villages) chargés de percevoir les redevances et de veiller à l'exécution des ordres (prescriptions d'écobuage, par exemple). Les batabs et leurs proches forment la couche supérieure de la société : la noblesse.

Le clergé constitue également une classe nombreuse. Les prêtres ( Ah Kin ) se succèdent de père en fils. Leur responsabilité couvre de nombreux domaines : écriture, chronologie, almanach sacré, médecine, organisation des cérémonies, éducation des futurs prêtres, ... La classe des prêtres et des nobles est chargé de pourvoir à la nourriture quotidienne des divinités soit par l'autosacrifice, soit par la fourniture de victimes humaines, essentiellement des prisonniers de guerre. La guerre possède donc une fonction sociale précise : l'approvisionnement en victimes pour les sacrifices.

En bas de l'échelle, le peuple est chargé de pourvoir aux besoins des classes non productives : alimentation, habillement, main d'ouvre pour les travaux publics. Pour celà, ils ne disposent que d'outils en pierre ou en bois; ils ne connaissent ni le métal, ni la traction animale, ni la roue.

Les esclaves (délinquants de droit commun, prisonniers) constituent une classe à part. C'est souvent parmi eux qu'on cherche les victimes sacrificielles.

Le maïs, source de vie

La civilisation maya : mais ,source de vie.Le maïs était cultivé selon le système du milpa (écobuage) : en avril, la végétation desséchée est brûlée; en mai, avec l'arrivée des pluies, les paysans divisent leur champ en quatre parcelles et y répartissent les graines de maïs pour obtenir quatre récoltes en août, octobre, décembre et mars.
Quinze hectares et une cinquantaine de jours de travail sont nécessaires au paysan maya pour nourrir sa famille (10 personnes) pendant un an; le reste du temps est consacré à entretenir les prêtres et les guerriers déchargés de travaux manuels.
 

Publié dans LES MAYAS

Commenter cet article

mauvais gout bouche mauvaise haleine 26/02/2015 14:12

Write more, thats all I have to say. Literally, it seems as though you relied on the video to make your point. You clearly know what youre talking about, why waste your intelligence on just posting videos to your site when you could be giving us something informative to read?

traiter la mauvaise haleine 26/02/2015 14:12

whoah this weblog is magnificent i like studying your articles. Keep up the good paintings! You recognize, many people are searching around for this information, you could help them greatly.